BFMTV

Philippe bien plus populaire que Macron selon un sondage

Emmanuel Macron et Edouard Philippe au Mont-Valérien, près de Paris, le 18 juin 2020

Emmanuel Macron et Edouard Philippe au Mont-Valérien, près de Paris, le 18 juin 2020 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Si la popularité d'Emmanuel Macron se redresse, le chef de l'Etat reste loin derrière le Premier ministre.

La popularité d'Emmanuel Macron repart à la hausse (+4), loin derrière celle d'Edouard Philippe (+2) qui poursuit son ascension entamée au début de la crise sanitaire en France, selon un sondage Odoxa diffusé mardi.

Philippe toujours plus populaire

Avec 48% d'opinions favorables et 51% (-2) d'avis contraires, le Premier ministre retrouve un niveau de popularité qu'il n'avait plus atteint depuis le printemps 2018, selon cette enquête pour CGI, Le Presse régionale, France Inter et L'Express. Il est en forte hausse dans l'ensemble des récents sondages, qui donnaient en revanche Emmanuel Macron quasi-stable.

Le président de la République lui retrouve son niveau d'avant l'épidémie de Covid-19 avec 39% d'opinions positiveS. Mais 61% (-4) des Français interrogés ont une mauvaise opinion de lui.

La popularité d’Emmanuel Macron s’améliore donc sensiblement en juin (+4 points) mais, il est toujours très impopulaire et surtout, est nettement moins populaire que son Premier ministre. Cet écart entre les deux s'explique notamment par la popularité du Premier ministre auprès des sympathisants LR (60%) plus critiques à l'égard d'Emmanuel Macron.

Bruno Le Maire se hisse pour sa part au premier rang des autres responsables politiques avec 3 points de hausse et 29% de popularité. Marine Le Pen est à égalité avec 29% de popularité, en hausse de 4 points. La patronne du RN reste cependant au deuxième rang de ceux qui suscitent le plus de rejet soit 50% derrière Jean-Luc Mélenchon 51% d'avis négatifs.

Participation estimée inférieure pour le 2nd tour des municipales

À une semaine du scrutin, la "participation probable" au second tour des élections municipales est estimée entre 36% et 40%. C'est un niveau inférieur à celui du premier tour durant lequel seulement 44.6% de l'électorat avait voté le 15 mars.

Un précédent sondage Ifop, diffusé le 15 juin, estimait également à 38% le nombre de Français concernés qui envisagent de voter.

Enquête réalisée en ligne les 17 et 18 juin auprès de 1.004 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

R.B. avec AFP