BFMTV

Peillon à propos de Valls: "A force d'être excessif, on devient insignifiant"

Invité de BFMTV ce mercredi, Vincent Peillon a reproché à Manuel Valls d'user trop souvent du mot "guerre".

Quelques jours avant le premier tour de la primaire à gauche, Vincent Peillon lâche ses coups contre son rival, Manuel Valls. Après que l'ancien Premier ministre a qualifié de "déclaration de guerre à l'Europe" les propos très offensifs de Donald Trump contre la politique migratoire allemande, l'ex-ministre de l'Education nationale l'a mis en garde sur BFMTV: "Manuel Valls, qui a l'expérience du gouvernement, devrait moins utiliser le mot "guerre", a-t-il lancé face à Ruth Elkrief. 

Il a d'ailleurs fait allusion à l'utilisation du même terme dans le contexte de la lutte contre le terrorisme par celui qui fut le pensionnaire de Matignon:

"Ce mot a un sens précis. Il y a les guerres à l'intérieur, les guerres à l'extérieur. Il y avait déjà beaucoup de confusion dans les propos. Maintenant, on fait la guerre aux Etats-Unis, ça ne me paraît pas opportun. Et si on veut faire de la diplomatie, on ne parle pas de guerre avec un allié historique."

Des "intérêts à défendre" mais pas de guerre

Vincent Peillon a alors donné son point de vue sur cette question qui agite les cercles politiques européens: "Personne ne nous a déclaré la guerre et M. Trump ne nous a pas déclaré la guerre. Il a des positions, et nous avons des intérêts à défendre mais c'est autre chose."

Le député européen a conclu son propos par une paraphrase de Talleyrand, en guise de pique à Manuel Valls: "Il faut faire attention car à force d'être excessif, on devient insignifiant. Ou on crée un certain nombre de troubles dans les esprits."

dossier :

Manuel Valls

Robin Verner