BFMTV

"Pas de tribune, pas de piédestal": les syndicats policiers prêts à accueillir Darmanin à leur manif

Les différents syndicats de police acceptent la présence du ministre de l'Intérieur à leur manifestation mercredi "pour les saluer", mais assurent ne pas vouloir de "récupération politique".

"Cela ne sera pas une tribune politique". Olivier Hourcau prévient, à la veille de la manifestation des policiers prévue devant l'Assemblée nationale, à laquelle Gérald Darmanin a annoncé sa participation. Selon le secrétaire général adjoint du syndicat Alliance Police, invité de RMC ce mardi, la venue du ministre de l'Intérieur pour les "saluer" ne doit en aucun cas être une récupération politique du mouvement:

"Il vient apporter son soutien aux policiers que nous représentons, il ne vient pas faire un meeting politique", a-t-il affirmé. "C'est un rassemblement de policiers citoyens, il y a des endroits ou des meetings pour aller défendre ses opinions. Il est hors de question qu'un parti fasse de la récupération sur le dos des policiers."

Même son de cloche du côté du syndicat Synergies qui assure que "tout le monde" a été invité.

"Le ministre de l'Intérieur a dit qu'il passerait, grand bien lui fasse, au contraire. Il est le bienvenu, mais en tout état de cause pour tous les politiques, y compris le ministre de l'Intérieur, (il n'y a) pas de tribune, de piédestal", a déclaré le secrétaire général Patrice Ribeiro sur RMC.

Linda Kebab, déléguée nationale de l'Unité SGP Police assurait quant à elle lundi sur le plateau de LCI que cela ne devait en aucun cas être "un coup de com'", rappelant au passage que Gérald Darmanin, en tant que ministre de l'Intérieur est d'une certaine manière "l'employeur" des policiers.

"Une communication assez surprenante au sein du gouvernement"

La manifestation, qui devrait rassembler plusieurs milliers de policiers ce mercredi devant l'Assemblée nationale, a été décidée par les syndicats à la suite du meurtre du policier Éric Masson à Avignon le 5 mai dernier. Un drame survenu seulement quelques semaines après l'assassinat le 23 avril de l'agente administrative Stéphanie Monfermé, au commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines.

Les policiers réclament davantage de sanctions pour les agresseurs des forces de l'ordre. Une colère "légitime" selon Gérald Darmanin qui entend par sa présence à la manifestation "soutenir" la police. Et si globalement, l'annonce est bien acceptée par les principaux intéressés, elle ne manque pas pour autant d'en surprendre certains:

"De le retrouver parmi nous devant l'Assemblée nationale, c'est vrai que c'est assez surprenant car nous interpellons l'ensemble du gouvernement et de la classe politique sur ce qui est en train de se passer dans notre pays. Et d'avoir M. Darmanin à nos côtés, ça prouve en tout cas à mon sens une communication assez surprenante au sein-même du gouvernement" a estimé sur CNews Bruno Bartocetti, secrétaire national délégué de la zone sud du syndicat Unité SGP Police.

La sécurité est redevenue un thème central des campagnes électorales, et à quelques semaines des régionales et un an de la présidentielle, des élus de différents bords politiques ont prévu de se rendre eux aussi à la manifestation: du candidat PCF à la présidentielle Fabien Roussel au vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella, en passant par le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure ou des représentants de LR et de LaREM.

Louis Augry