BFMTV

Valls confirme à ses proches qu'il ne parrainera pas Hamon

Lors d'une réunion avec ses soutiens à l'Assemblée, Manuel Valls a confirmé ce soir à son entourage qu'il ne parrainerait pas Benoît Hamon pour la présidentielle.

"Sa campagne amène une forme de sectarisme et de rejet". Cette phrase pourrait être celle d'un adversaire politique direct de Benoît Hamon. Mais elle est signée Manuel Valls. Ce mardi soir, les divisions qui agitent le Parti socialiste se révèlent plus concrètement encore que durant les semaines passées.

En présence de tous ses soutiens, lors d'une réunion à l'Assemblée nationale, l'ancien Premier ministre a confirmé à son entourage qu'il ne parrainerait pas le vainqueur de la primaire pour la présidentielle. Entre 250 et 300 personnes au total étaient présentes autour de lui, dont plus de 100 parlementaires. 

Aucun parrainage

Durant cette réunion, Manuel Valls a insisté sur le respect de la liberté de chacun et du choix de chacun. Le respect pour ceux qui soutiennent Benoît Hamon, comme pour ceux qui ont rejoint Emmanuel Macron.

Mais il a dit son "inquiétude" face à la campagne du candidat socialiste officiel, "qui pose problème sur le fond et qui sur la forme amène une forme de sectarisme et de rejet". 

"Je ne parrainerai personne et je n'ai aucune leçon de responsabilité ou de loyauté à recevoir", a lancé Manuel Valls. "Je suis fidèle à ma famille politique, je ne quitte pas le PS mais donner mon parrainage serait une contradiction incompréhensible avec mes engagements", a-t-il ajouté. 

"Je ne me sens pas trahi", répond Hamon

Evoquant aussi la majorité qu'il sera nécessaire de construire après la présidentielle, Manuel Valls a appelé son camp à "rester ensemble (...) pour être fort, préserver notre histoire et notre identité politique". "Il ne s'agit pas de négocier, de se rallier ou de rejoindre une maison d'hôtes. Ce n'est pas le sujet. Nous devons rester groupés et rassemblés. Sur le fond", a-t-il déclaré, faisant référence à la phrase prononcée plus tôt par Emmanuel Macron.

Lundi soir, Le Parisien annonçait que Manuel Valls avait l'intention d'annoncer son soutien à Emmanuel Macron. Une information démentie par l'intéressé, et accueillie avec ironie par Emmanuel Macron, qui a déclaré mardi ne pas avoir "fondé une maison d'hôtes". 

Invité sur TF1 mardi soir, Benoît Hamon a expliqué ne pas se sentir "trahi" par cette décision de Manuel Valls. 

"Je ne me sens pas trahi, mais sans doute que les électeurs de la primaire se sentent aujourd'hui trahis", a réagi Benoît Hamon. Le candidat a également appelé les Français "à submerger les petits calculs". 

dossier :

Manuel Valls

Charlie Vandekerkhove avec Thomas Soulié