BFMTV

"Référendum" du PS: un coup pour rien?

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 16 octobre 2015 vote à Paris au "référendum" sur l'unité de la gauche et des écologistes en vue des régionales

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 16 octobre 2015 vote à Paris au "référendum" sur l'unité de la gauche et des écologistes en vue des régionales - François Guillot - AFP

Jean-Christophe Cambadélis annoncera les premiers résultats du référendum sur l'unité de la gauche ce dimanche. Le principal enjeu sera le nombre de votants.

Entre soupçons de "bourrage" d'urnes et participation limitée, les résultats risquent d'être mitigés. Mais le PS proclamera tout de même ce dimanche soir les premiers résultats de son "référendum" sur l'unité de la gauche aux régionales de décembre.

Le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis avait déjà peiné à convaincre de l'utilité d'une consultation, il a dû affronter depuis vendredi une avalanche de railleries et de soupçons sur la fiabilité de cette consultation. Dès l'ouverture du vote sur internet et dans les urnes, des journalistes avaient mis en lumière les failles d'une consultation très peu sécurisée (pas de contrôle de l'identité des votants, pas de code confidentiel...) en votant par exemple dix fois avec des adresses mails différentes.

Des blagueurs se sont également amusés à faire voter... la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Emmanuelle Cosse, ou le journaliste Edwy Plenel, qui ont dénoncé sur Twitter un "bourrage des urnes", voire un "foutage de gueule". Le PS a répliqué en annonçant samedi une plainte contre X pour "faux et usage de faux" et "usurpation d'identité", plainte qui sera déposée après la fin du vote, a précisé dimanche un porte-parole.

Le Premier ministre Manuel Valls, qui a voté samedi à Evry, est venu à la rescousse du premier secrétaire. "Il y a toujours sur le net des plaisantins ou ceux qui sont mal intentionnés qui cherchent à détourner le vote", a-t-il reconnu.

De la "politicaillerie" pour la gauche de la gauche

Pendant tout le week-end, les fédérations ont organisé aux quatre coins du territoire des opérations de vote physique, à l'exception notable de douze d'entre elles: Ain, Charente, Corse du Sud, Côte-d'Armor, Creuse, Finistère, Ile-et-Vilaine, Landes, Meuse, Nièvre, Somme, Tarn-et-Garonne.

Une femme vote au référendum organisé par le Parti socialiste le 16 octobre 2015 à Anzin, dans la banlieue de Valenciennes (Nord)
Une femme vote au référendum organisé par le Parti socialiste le 16 octobre 2015 à Anzin, dans la banlieue de Valenciennes (Nord) © FRANCOIS LO PRESTI, AFP

Décrié par la gauche de la gauche, qui y a vu "politicaillerie" et "comedia dell'arte", le scrutin n'a pas convaincu dans les rangs mêmes du PS. "La moitié du PS nous a tapé dessus, toute la presse vomit notre référendum", soupirait jeudi un responsable.

"Ce référendum est à la fois une pantalonnade et un chantage", a ironisé Jean-Christophe Lagarde (UDI).

Dimanche dans la soirée, Jean-Christophe Cambadélis annoncera à la presse de premiers résultats de la consultation, les chiffres définitifs étant publiés les jours suivants par la HAE. Le principal enjeu sera le nombre de votants, pour autant que le chiffre puisse être pris au sérieux.
la rédaction avec AFP