BFMTV

Le PS bouge-t-il encore?

Les candidats à la direction du Parti socialiste

Les candidats à la direction du Parti socialiste - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Ils devraient être environ 30.000 militants à se déplacer pour départager les quatre candidats à la succession de Jean-Christophe Cambadélis.

Après une présidentielle et des législatives catastrophiques, le PS tente de renaître de ses cendres. Ce jeudi, les militants sont appelés aux urnes pour désigner celui qui succèdera à Jean-Christophe Cambadélis au poste de premier secrétaire, avant le congrès des 7 et 8 avril qui installera définitivement le nouveau patron du parti. Il s'agit du premier tour ce jeudi. Les deux finalistes seront départagés au second tour, le 29 mars.

Combien seront-ils à voter lors de ce premier tour? La question est simple, la réponse l'est moins. "Dans notre parti on ne radie pas quelqu'un jusqu'à deux ans et demi après sa dernière cotisation", expliquaient plusieurs responsables socialistes au Parisien, en janvier dernier. Autrement dit, pour pouvoir être compté comme militant, il faut avoir cotisé au moins une fois ces trois dernières années: officiellement, ils seraient 102.000 dans ce cas. 

Objectif: 30.000 votants

Certains d'entre eux ont pu avoir quitté le parti depuis. Mais pour pouvoir voter, il faudra que ces militants se mettent à jour de la cotisation de 2018. Le PS s'est fixé un objectif d'environ 30 000 votants. A titre de comparaison, ils étaient 71 000 à s'être déplacés en 2015, et 140 000 en 2008 pour désigner Martine Aubry à la tête du parti.

Cette année, la participation promet donc d'être très basse. Le dernier scrutin interne, qui a eu lieu en janvier et portait sur les changements de statuts, n'avait réuni que 20 896 votants d'autant que les conditions de vote sont particulières: les bureaux, situés dans les 3200 sections du parti, ne seront ouverts que de 17h à 22h. Le vote électronique ne sera autorisé que pour les Français de l'étranger. Des mesures qui font prédire certains candidats, comme Luc Carvounas, une participation encore plus faible que prévu. Le député du Val-de-Marne s'attend à environ 25 000 votants.

Le résultat sera communiqué vendredi matin. Mais la direction du PS devrait donner jeudi avant minuit un ordre d'arrivée, "s'il y a un écart significatif entre les candidats". Quel que soit le résultat, le PS risque gros, car le risque d'hémorragie est important. Le mouvement a d'ailleurs déjà commencé après les élections de 2017 avec le départ de nombreux leaders du parti, vers le mouvement Génération.s de Benoît Hamon ou encore vers la République en marche. Les genoux à terre, le PS va devoir montrer qu'il n'est pas encore tout à fait mort.

A. K.