BFMTV

Fondation pour l'islam: un député PS lance une pétition contre la nomination de Chevènement 

Mathieu Hanotin, député PS de Saint-Denis, lance une pétition contre la nomination de Jean-Pierre Chevènement à la tête de la fondation pour l'islam de France. En cause notamment, les propos tenus par l'ancien ministre sur Saint-Denis.

La nomination de Jean-Pierre Chevènement, pressenti à la tête de la fondation pour l'islam de France, ne fait décidément pas consensus. Alors que plusieurs personnalités politiques ont émis des doutes et des critiques sur sa possible nomination, son interview sur France Inter lundi matin relance la polémique. Cette fois, un député socialiste, proche de Benoît Hamon, lance une pétition contre sa nomination.

"Lorsque j'ai entendu son nom pour la première fois, j'étais dubitatif", se souvient Mathieu Hanotin, joint par BFMTV.com. "Ensuite lorsqu'il a recommandé 'la discrétion' aux musulmans, je me suis dit que c'était une mauvaise idée. Et aujourd'hui, il a carrément dérapé. La ligne rouge a été franchie". 

Le président du département soutient Hanotin

En cause notamment, les propos de l'ancien ministre de l'Intérieur, chantre de la laïcité, sur Saint-Denis, dont Mathieu Hanotin est député. "Il explique qu'à Saint-Denis, il croise 135 nationalités dont une qui a 'quasiment disparu'. C'est clair, il parle de la nationalité française." Pour l'élu, Jean-Pierre Chevènement accrédite ainsi la théorie du "grand remplacement", tout comme lorsqu'il affirme que "80% des jeunes de Saint-Denis ne parlent pas français".

Mathieu Hanotin, "choqué par ces propos", dénonce "une rhétorique raciste insupportable", et appelle donc François Hollande à "prendre ses responsabilités". "Il faut quelqu'un à ce poste qui fasse consensus", soutient-il. Il est soutenu dans sa démarche par le président PS du département, Stéphane Troussel, qui dénonce lui aussi les "confusions et amalgames" de Jean-Pierre Chevènement. "Un esprit aussi confus pour tout mélanger sur des notions aussi importantes que la nationalité et la citoyenneté Française ne peut pas être nommé à ce poste", écrit Stéphane Troussel. 

A. K.