BFMTV

Delphine Batho de retour sur les bancs de l'Assemblée nationale

Delphine Batho est de retour sur les bancs de l'Assemblée

Delphine Batho est de retour sur les bancs de l'Assemblée - -

L'ancienne ministre de l'Écologie, Delphine Batho, a récupéré mercredi son siège à l'Assemblée nationale, au sein du groupe socialiste, deux mois après son éviction du gouvernement.

Un retour en toute discrétion... ou presque. Delphine Batho est revenue à l'Assemblée nationale mercredi, deux mois après son éviction du ministère de l'Ecologie. Elle avait été limogée le 2 juillet par François Hollande pour avoir contesté publiquement les coupes budgétaires que subissait son ministère.

Un ancien ministre peut récupérer son siège de député un mois après son départ du gouvernement, mais la députée des Deux-Sèvres n'a pu faire sa rentrée que mercredi en raison des vacances parlementaires.

Delphine Batho est sortie de la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée, à laquelle le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait participé, aux côtés du président de l'Assemblée, Claude Bartolone, en lui faisant la bise.

Elle ne s'est pas exprimée devant la presse à la sortie de la réunion, mais à son arrivée, elle s'était déclarée dans "un état d'esprit positif et combatif", ajoutant "qu'on allait encore l'entendre".

Quel avenir pour l'ancienne ministre?

Concernant son avenir, la députée des Deux-Sèvres a indiqué le 29 août, sur France Bleu Poitou, qu'elle souhaitait devenir membre de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée, en charge de la politique de l'énergie.

Dans son interview, Delphine Batho se réjouit par ailleurs que Philippe Martin, son successeur à l'Écologie, ait annoncé lors des journées d'été EELV le 22 août à Marseille un maintien en 2014 à son niveau de 2013 du budget de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

"C'est pour moi un premier résultat positif. Je m'en réjouis car l'Ademe pilote les dispositifs concernant la sobriété énergétique et les énergies renouvelables. C'était une des raisons pour lesquelles j'avais dit que le budget de l'environnement était mauvais", a déclaré l'élue des Deux-Sèvres

Emmanuel Bringuier avec AFP