BFMTV

Delphine Batho: "je n'aurais pas dû être virée"

Delphine Batho

Delphine Batho - -

L'ancienne ministre, amère après son éviction du gouvernement, était l'invitée vendredi matin de BFMTV et RMC.

Son éviction du gouvernement, les dossiers du ministère de l'Ecologie, sa brouille avec Ségolène Royal... Delphine Batho, plus émue que la veille, était l'invitée de BFMTV et RMC, vendredi matin. Voici ce qu'il ne fallait pas rater de son interview.

Sur son éviction - "Je pense que d'autres ministres que moi sont allés beaucoup plus loin!", a d'abord estimé Delphine Batho. L'ex-ministre de l'Ecologie a été limogée du gouvernement en début de semaine, après avoir tenu des propos sur "le mauvais" budget de l'Etat pour 2014. Quel ministre vise-t-elle en particulier? "Pas plus tard qu'hier, Cécile Duflot est allée beaucoup plus loin", a simplement précisé Delphine Batho avant d'insister: "je n'aurais pas dû être virée!". Pour rappel,jeudi, dans un entretien du Monde, Cécile Duflot avait réclamé "un véritable second souffle" en matière d'écologie à François Hollande.

Son sentiment aujourd'hui? - Avec son éviction du gouvernement, "je crois que le Premier ministre a voulu faire un exemple. Comme si j'avais été le bouc émissaire, peut-être, du flottement qu'il y a depuis un certain nombre de mois", a jugé Delphine Batho. "C'est l'impression que j'ai eue parce que j'ai été surprise par la raideur de la réaction" de Jean-Marc Ayrault et de François Hollande, a-t-elle ajouté. Puis amère, "moi je voulais rester au gouvernement".

Sur sa brouille avec Ségolène Royal - Son ex-mentor, Ségolène Royal, a eu la dent dure contre elle après son éviction, rappelant notamment qu'il fallait "jouer collectif" quand on est membre du gouvernement. "Je ne veux pas commenter... Je crois que Ségolène Royal s'enferme dans une forme de rancoeur", a laconiquement tancé Delphine Batho.

Hélène Favier