BFMTV

Benoît Hamon "regrette" qu'EELV parte aux regionales sans le PS en NPDC-Picardie

L'ancien ministre Benoît Hamon va voir sa loi modifiée par le gouvernement.

L'ancien ministre Benoît Hamon va voir sa loi modifiée par le gouvernement. - Dominique Faget - AFP

Benoît Hamon, un des porte-voix de l'aile gauche du Parti socialiste, a regretté lundi la décision des militants d'Europe-Ecologie/Les Verts (EELV) en Nord-Pas-de-Calais/Picardie de ne pas partir en tandem avec le PS aux élections régionales de décembre.

"Je le regrette, parce que je pense que, surtout dans le Nord-Pas-de-Calais, il y avait une tradition de travail en commun, il y a plutôt de bons bilans", a-t-il déclaré sur i-TELE. "J'aurais préféré que Mme (Sandrine) Rousseau (chef de file des écologistes pour ce scrutin, ndlr) vienne avec Pierre de Saintignon", la tête de liste PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Incarner l'UMPS: "je trouve ça aussi lâche que suicidaire"

Les militants d'EELV ont décidé de s'allier au Parti de gauche et de rejeter l'alliance avec le PS. "J'espère que ce scénario de la division que je redoute partout ailleurs, n'est pas en train de préparer des lendemains qui déchantent", a ajouté Benoît Hamon.

Interrogé sur l'éventualité d'une fusion républicaine de la gauche avec la droite au second tour, face au Front national, l'ancien ministre a déclaré: "je trouve ça aussi lâche que suicidaire". 

"Fusionner, c'est-à-dire à incarner l'UMPS qui est le sel aujourd'hui du discours du Front national, je pense que c'est une erreur fondamentale", a-t-il dit. "Je pense que cela précipiterait ce qui serait l'effondrement et l'anéantissement d'une partie de la gauche".

la rédaction avec AFP