BFMTV

Parti socialiste: le club des 41 frondeurs anti-Valls

Jean-Marc Germain, Delphine Batho, Henri Emmanuelli et Christian Paul font partis du "club des 41"

Jean-Marc Germain, Delphine Batho, Henri Emmanuelli et Christian Paul font partis du "club des 41" - -

Quarante-et-un députés du groupe socialiste à l'Assemblée nationale se sont abstenus mardi de voter le plan d'économies défendu par le chef de l'Etat et le Premier ministre.

"Jamais frondeur, toujours responsable". Mardi, après un vote tendu à l'Assemblée nationale sur le pacte de responsabilité, le député PS de la Nièvre Christian Paul a refusé, avec ses 41 camarades abstentionnistes, d'être accusés de fragiliser la majorité. Car, si Manuel Valls peut se targuer d'avoir obtenu un succès, celui-ci est terni par la défiance d'une partie de sa gauche.

Ils sont, en effet, 41 députés de la majorité à avoir défié le Premier ministre et à être restés sourd à ses appels. Sans compter les trois chevénementistes - Marie-Françoise Bechtel, François Hutin et Jean-Luc Laurent - qui eux ont voté contre. Qui sont-ils? Que pèsent-ils à gauche? Peuvent hypothéquer le bail de Manuel Valls à Matignon? Revue de détails.

> Qui sont-ils?

Pouria Amirshahi, Christian Assaf, Serge Bardy... ces noms de députés socialistes ne sont pas forcément les plus connus mais ils sont désormais listés comme ceux qui résistent à Manuel Valls. Sur son compte Twitter, le député Jérôme Guedj, qui va rendre son siège à l'ex-ministre François Lamy sous peu, a publié la liste officielle des abstentionnistes au terme du vote de mardi:

41 députes socialistes se sont abstenus pic.twitter.com/XxZEOAX2Ra
— Jérôme Guedj (@JeromeGuedj) 29 Avril 2014

> Que représentent-ils?

La ligne anti-Valls est porteuse en ce moment au PS. Jean-Marc Germain comme Christian Paul sont proches de Martine Aubry, la maire de Lille, ancienne candidate à la primaire socialiste et ancienne patronne du PS. Ils sont en pointe quand il s'agit d'affirmer la position des élus face au gouvernement.

D'autres comme le député de l'Essonne Jérôme Guedj ou l'expérimenté Henri Emmanuelli, proche de Benoît Hamon au sein d'"Un Monde d'avance", se sont fait une spécialité de s'opposer à Manuel Valls, et sur sa ligne et sur sa personnalité. Henri Emmanuelli n'avait pas voté la confiance au Premier ministre.

De manière générale on trouve dans cette liste "l'aile gauche" au sens large du PS, celle réunie au sein d'un "Monde d'avance" et de "Maintenant la gauche", le courant d'Emmanuel Maurel.

Parmi les frondeurs on trouve aussi la députée Edith Gueugneau, proche d'Arnaud Montebourg, mais suspendue en 2012 pour s'être opposée au candidat EELV lors des législatives, l'ancienne ministre Delphine Batho ou encore l'animateur de la gauche populaire Laurent Baumel.

> Sont-ils un problème?

"Je me suis abstenu pour dire que, si je soutiens Manuel Valls, je ne soutiens pas ce plan", a expliqué sur BFMTV Jean-Marc Germain. Tous ces "frondeurs" insistent: ils lancent un signal d'alerte au Premier ministre, ils parlent à une gauche qui se sent délaissée par la politique menée. "Manuel Valls a une majorité mais il sait aussi qu'il a face à lui des parlementaires qui porteront des propositions et parfois des contre-propositions", a-t-il aussi justifié.

Leur objectif est désormais de peser sur le débat. De Paris à Bruxelles. "Si François Hollande et Manuel Valls doivent aller à la rencontre de nos partenaires européens, ils pourront assurer qu'ils ont un Parlement exigent", se félicite Pouria Amirshahi, lui aussi frondeur. Manuel Valls pourrait aussi utiliser ces réticences pour justifier ses retards auprès de l'Union européenne.

Et chez les partisans du Premier ministre, tel Nicolas Bays, on retient que "le nombre de frondeurs était de 100, il y a encore quelques jours et qu'il n'y a eu aucun vote contre malgré les menaces". Reste à savoir désormais si ce "groupe des 41" sera un partenaire du gouvernement ou un nouveau groupe d'opposition avec qui il faudra négocier sur chaque projet de lui. Un comble au sein de la même formation.

Samuel Auffray