BFMTV

Affaire Benalla: François de Rugy cherche la taupe de l'Assemblée

François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale.

François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale. - AFP

Le président de l'Assemblée nationale a demandé qu'une enquête administrative soit diligentée pour savoir qui a fourni les informations concernant le badge H d’Alexandre Benalla et la présence de ce dernier au Palais Bourbon mi-mai, pendant sa période de suspension.

Alors que les débats ont repris tant bien que mal dans l'Hémicycle avec le vote de la loi asile-immigration vendredi dernier ou avec l'examen des deux motions de censure déposées par l'opposition mardi, le président de l'Assemblée nationale semble préoccupé par un autre enjeu: chercher la taupe. François de Rugy vient en effet de diligenter une enquête administrative interne afin d'identifier le ou les personnes qui ont fourni les informations concernant le badge d'accès d'Alexandre Benalla.

Le 21 juillet dernier, trois jours après les révélations du Monde sur les événement du 1er-Mai survenus place de la Contrescarpe, le député Les Républicains Marc Le Fur a crée la stupeur dans les rangs de l'Hémicycle quand il a annoncé qu'Alexandre Benalla, alors mis en cause dans des violences sur des manifestants, était titulaire d'un badge H, comme Hémicycle. Alors que le président de la République n'est pas autorisé à se présenter devant les députés, il était apparu étonnant que l'un de ses proches collaborateurs ait donc besoin d'accéder au "périmètre sacré".

"Caractère personnel"

François de Rugy a confirmé depuis qu'Alexandre Benalla disposait d'un badge de l'Assemblée et a expliqué que cette autorisation lui a été donnée "à la demande du directeur de cabinet du président de la République (...) en sa qualité de chargé de mission auprès du chef de cabinet du président de la République". Même si cet accès interroge, le président de l'Assemblée nationale n'accepte pas qu'il ait été rendu public et cherche donc à savoir qui a pu fournir cette information au député des Côtes-d'Armor.

"Les données relatives au badge électronique sont à caractère personnel et ne peuvent en aucun cas être rendues publiques", écrit-il dans un communiqué.

Dans une interview accordée au Monde, Alexandre Benalla avait reconnu "un caprice" de sa part. "Je l'ai demandé tout simplement parce que j'aime aller à la salle de sport de l'Assemblée", avait-il expliqué. Au point d'en être devenu dépendant? Suspendu par l'Elysée pendant 15 jours, l'ancien chargé de mission s'était pourtant rendu à l'Assemblée les 16 et 17 mai, après s'y être rendu de manière irrégulière à plusieurs reprises au mois de mars, révélait mardi Le Figaro. Des informations qui interrogent au Palais Bourbon. L'enquête interne vise également à démontrer "les responsabilités dans la divulgation de données à caractère personnel (...) concernant l’accès aux bâtiments de l’Assemblée nationale".

J.C. avec T.S.