BFMTV

Otages au Cameroun : « Nous n’avons pas versé de rançon », dit Hollande

François Hollande a exprimé vendredi son "immense soulagement" et son "immense fierté".

François Hollande a exprimé vendredi son "immense soulagement" et son "immense fierté". - -

François Hollande affirme que la France est restée fidèle à ses principes et n’a pas versé de rançon. Le président de la République a aussi exprimé son « immense soulagement » et son « immense fierté ».

Non, il n’y a pas eu de rançon. François Hollande s’est exprimé lors d'une conférence de presse à l'Elysée après la libération des sept otages français enlevés le 19 février dernier au Cameroun par les islamistes de Boko Haram. « Nous n’avons pas versé de rançon », affirme le président de la République, précisant que « la France a toujours le même principe, pas de versement de rançon ». Malgré tout, des « contacts » avaient été noués ces dernières semaines en coopération avec les autorités camerounaises et nigérianes.
François Hollande a aussi exprimé son « immense soulagement », son « immense fierté » pour la « bonne nouvelle » que constitue cette libération Le président a ajouté qu'il avait eu au téléphone le père de cette famille, Tanguy Moulin-Fournier, et lui avait fait part de son « immense soulagement ». « J'ai eu ce matin-même au téléphone le père de famille, Tanguy Moulin-Fournier qui m'a dit qu'il était en bonne santé, autant qu'on peut l'être après deux mois de détention dans des conditions éprouvantes »

« La France ne cède pas sur les principes »

François Hollande a assuré vendredi en commentant la libération de la famille française enlevée au Cameroun, que la discrétion était un outil essentiel. « C'est en étant le plus discrets possible que nous pouvons être le plus efficaces », a fait valoir le chef de l'Etat. « Nous ne pouvons pas tout dire, mais nous ferons tout », a-t-il dit, réaffirmant que la France « ne cède pas sur les principes ».

Mathias Chaillot avec agences