BFMTV

Olivier Véran répond aux élus marseillais: "Le principe de responsabilité doit primer"

Le ministre de la Santé Olivier Véran quitte l'Elysée, le 23 septembre 2020 à Paris

Le ministre de la Santé Olivier Véran quitte l'Elysée, le 23 septembre 2020 à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Le ministre de la Santé est auditionné ce jeudi par la commission d’enquête du Sénat sur la gestion de l’épidémie de Covid-19.

Au lendemain de l'annonce de nouvelles restrictions, notamment dans la métropole d'Aix-Marseille classée en zone d'alerte maximale, le ministre de la Santé est sous le feu des critiques des élus locaux qui lui reprochent une absence de concertation. Des attaques auxquelles Olivier Véran a pris le temps de répondre ce jeudi matin, dans le cadre de son audition par la commission d’enquête du Sénat sur la gestion de l’épidémie de Covid-19.

"Je me suis rendu à Marseille le 27 août et j'ai passé je crois plus de 2h en préfecture à discuter avec les parlementaires, les élus de la ville, de la métropole, du département, de la région et des maires de communes adjacentes", a-t-il expliqué. J'ai également rencontré la maire de Marseille pendant plus d'une demi-heure", s'est défendu le ministre.

"À l'époque, je leur ai dit que si nous ne prenions pas rapidement des mesures de gestion pour enrayer la circulation du virus, il était à craindre que nous soyons obligés de prendre des mesures plus fortes plus tard", a-t-il poursuivi.

"À un moment donné, le principe de responsabilité doit primer lorsqu’il faut protéger la vie des gens, lorsqu'il faut prendre des mesures mêmes difficiles pour éviter que des gens ne meurent", a-t-il expliqué. Enrayer la circulation du virus, protéger les hôpitaux, protéger les réanimations, protéger et soulager les soignants... "Vu la vague épidémique que nous avons connue dans notre pays, ça me parait être agir en responsabilité. Je l'assume et je l'assumerai à chaque fois que ça sera nécessaire", a conclu Olivier Véran.

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV