BFMTV

Nicolas Sarkozy soutient en vidéo François Fillon

Nicolas Sarkozy lance un appel au rassemblement autour de François Fillon.

Nicolas Sarkozy lance un appel au rassemblement autour de François Fillon. - Capture d'écran Twitter

Dans une vidéo mise en ligne ce mardi après-midi sur Twitter, l'ancien chef de l'Etat a réaffirmé sans ambiguïté son soutien à son ex-Premier ministre.

A quelques jours du premier tour, et après des semaines de controverses liées aux affaires, la droite mise sur l'image d'unité pour emporter l'adhésion. Ce mardi après-midi via une vidéo publiée sur Twitter, Nicolas Sarkozy a à nouveau épaulé le candidat de son camp, François Fillon, quelques jours après avoir déjà mis en ligne un message de soutien sur son compte Facebook. 

Dans cette vidéo diffusée ce mardi, l'ex-président de la République commence par appeler à la responsabilité avant de développer: "Je veux dire clairement pourquoi je soutiendrai François Fillon: il a l’expérience, la volonté, le projet permettant à la France d’assurer l’alternance après les cinq années désastreuses que nous avons connues et éviter à la France le risque des extrêmes qu’ils soient d’extrême-droite ou d’extrême-gauche."

Eviter cette "maladie, si fréquente à droite, de la division"

Nicolas Sarkozy, défait notamment par François Fillon durant la primaire, donne aussi quelques raisons programmatiques, selon lui, pour voter en faveur du candidat de la droite et du centre: "Il faut baisser les charges sur les entreprises, baisser les impôts, maîtriser l’immigration. Il faut rétablir l’autorité de notre pays. Il faut garantir la sécurité pour chacun d’entre vous. Il faut relancer l’Europe." Celui qui a gouverné avec François Fillon entre 2007 et 2012 revient sur leur expérience commune: "J’ai travaillé cinq ans avec François Fillon, il a été mon Premier ministre. Je sais que nous pouvons lui faire confiance."

Cet appel à l'union derrière son ancien chef de gouvernement répond à plusieurs enjeux pour Nicolas Sarkozy. Tout d'abord, assure-t-il, il faut "éviter cette maladie, si fréquente à droite, de la division". Il ajoute ensuite: "Pour moi, c’est clair, l’intérêt de la France impose à chacun d’entre nous de voter sans état-d ’âme pour François Fillon, c’est ce que je ferai. Dimanche prochain, je vous demande de vous rassembler derrière François Fillon."

R.V.