BFMTV

NDDL: Édouard Philippe estime que la construction d'une plateforme aéroportuaire est nécessaire

"Les besoins liés au transport aérien dans le Grand Ouest justifient la réalisation d'une plateforme", a déclaré ce mercredi le Premier ministre lors de la remise du rapport des médiateurs sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le sort de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), en Loire-Atlantique, sera tranché fin janvier. Édouard Philippe a confirmé ce mercredi lors de la remise du rapport des médiateurs afin que le gouvernement puisse trancher entre les différentes options qu'une "décision claire" serait prise "avant fin janvier" quant à ce projet d'aéroport controversé.

"Cette décision sera claire, assumée et doit nous permettre de répondre au besoin du transport aérien dans le Grand Ouest et garantir un retour à la normale s'agissant des questions liées à l'ordre public."

Le Premier ministre était au côté de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui s'est par le passé déclaré opposé à ce projet qualifié "d'un autre âge".

En 2015, le tribunal administratif avait autorisé le début des travaux et en juin 2016, un référendum local avait vu le "oui" à l'aéroport l'emporter à 55%. Pourtant, le dossier stagne toujours. Près de 200 personnes continuent d'occuper la zone d'aménagement différé, devenue "zone à défendre" (ZAD).

Les deux options sont "raisonnablement envisageables"

Édouard Philippe a également confirmé que la région nécessitait "la construction d'une plateforme aéroportuaire". 

"Les besoins liés au transport aérien dans le Grand Ouest justifient la réalisation d'une plateforme."

Construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes ou aménagement de l'aéroport existant à Nantes: les deux options sont "raisonnablement envisageables", a déclaré le Premier ministre. Et "les deux hypothèses présentent des avantages et des inconvénients (...) et à certains égards des incertitudes", a précisé le chef du gouvernement.

"Là où jusqu'à présent le raisonnement qui était privilégié consistait à se poser la question s'il fallait faire Notre-Dame-des-Landes ou rien, le rapport nous invite à réfléchir sur un choix qui se formaliserait plutôt de la façon suivante: Notre-Dame-des-Landes ou un réaménagement de l'aéroport de Nantes-Atlantique", a-t-il souligné.

Le rapport des médiateurs, qui sera rendu public, préconise également l'évacuation de la ZAD "dès la décision gouvernementale".
Céline Hussonnois-Alaya