BFMTV

Notre-Dame-des-Landes: le "oui" à l'aéroport l'emporte

Dépouillement du référendum sur l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le dimanche 26 juin

Dépouillement du référendum sur l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le dimanche 26 juin - LOIC VENANCE / AFP

Près d'un million d'électeurs de Loire-Atlantique se prononçaient, dimanche, sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Le "oui" l'a emporté largement.

Le très critiqué projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a reçu l'approbation des habitants de Loire-Atlantique. 55,17% des votants ont dit "oui" au projet de construction, le gouvernement promettant immédiatement de lancer les travaux dès l'automne. 

"Respecter les votes"

L'ancien maire PS de Nantes, Jean-Marc Ayrault a assuré qu'il s'agit d'un "vote clair, sur un projet qui a fait l'objet de tant de contestation". "Maintenant que le résultat est là, que la participation est très significative et très forte et que le résultat est net, la moindre des choses est de respecter le vote des citoyens", a ajouté le ministre des Affaires étrangères.

Dans la soirée, Philippe Grosvalet, le président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique a revendiqué la victoire du "oui". "C'est un résultat sans aucune ambiguïté (...) qui oblige le gouvernement à engager les travaux" de construction de l'aéroport, a-t-il assuré. Alain Mustière, président de l'association "Des ailes pour l'ouest", s'est dit satisfait sur BFMTV, tant de la participation que de l'issue du scrutin. "Il faudra évacuer la ZAD, c'est à l'Etat d'agir", estime-t-il.

"Engager les travaux"

A peine les résultats connus, l'exécutif a fait savoir que la volonté des citoyens serait respecter et promet d'engager des travaux dès l'automne. "Les personnes qui occupent illégalement le site du nouvel aéroport devront partir d'ici le début des travaux. L'autorité de l'Etat et les lois de la République s'appliqueront à Notre-Dame-des-Landes comme partout ailleurs dans le pays", a assuré le chef du gouvernement dans un communiqué.

Le président de la République "se félicite du succès de cette consultation, comme en témoigne la participation importante, et remercie les citoyens qui y ont participé". "Cet exercice démocratique qui avait été voulu par le chef de l'Etat a été compris" et son résultat (victoire du oui à 55%) "sera respecté, comme il l'avait dit avant le scrutin", a-t-on ajouté à l'Elysée.

Les opposants sceptiques

Cité par Ouest-France, le groupe écologiste et citoyen du Conseil régional des Pays de la Loire estime que ce vote est "loin d'ouvrir une porte de sortie" et risque de provoquer "un enlisement plus grave du dossier". "Dans le climat actuel, appeler et procéder à l'évacuation violente de la Zad, après une consultation illégitime, serait irresponsable", a estimé pour sa part Sophie Bringuy, la co-présidente du groupe écologiste au Conseil régional.

Mais les opposants à l'aéroport, réunis dans une grange sur le site prévu pour l'infrastructure, ont appelé leurs partisans à la mobilisation. "Le cadre, le processus et le contenu de cette consultation étaient fondamentalement biaisés (...) Cette lutte se poursuit dès ce soir", ont lancé les représentants de la coordination des opposants, dans une déclaration lue à plusieurs voix dans une ambiance combative. 

la rédaction avec AFP