BFMTV

"N'ayons pas peur des joggeurs": Castaner réagit au durcissement des règles du confinement à Paris

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur.

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur. - AFP

Le ministre de l'Intérieur était interrogé ce mardi matin sur l'interdiction pour les Parisiens de pratiquer une activité sportive en extérieur entre 10h et 19h. Christophe Castaner a rappelé que le gouvernement avait "prévu la possibilité" pour les Français "de pouvoir sortir une heure à proximité de leur domicile".

Depuis le 7 avril, les Parisiens n'ont pas le droit de sortir courir entre 10 heures et 19 heures. Une mesure prise conjointement par la mairie de Paris et la préfecture de police de Paris afin de "réguler l'accès à l'espace public", d'éviter que joggeurs et promeneurs se croisent et ainsi de limiter les risques de contamination. Interrogé à ce sujet ce mardi matin sur France Inter, le ministre de l'Intérieur a toutefois rappelé que la sortie pour pratiquer une activité physique avait été "prévue" par le gouvernement.

"Dans le confinement, il n'y a pas l'interdiction de sortir de chez soi, a indiqué Christophe Castaner. Dès le début, on a prévu cette possibilité de pouvoir sortir pendant une heure à proximité de son domicile. Si les gestes barrières sont respectés par les joggeurs, n'ayons pas peur des joggeurs."

"Je ne veux pas ni mettre en cause la décision de la maire de Paris, ni considérer qu'il faut faire la chasse aux joggeurs s'ils respectent la règle du confinement", a encore dit le ministre de l'Intérieur. Christophe Castaner a rappelé que lorsqu'un "relâchement" avait été observé ces derniers jours, il avait appelé à "soutenir" les élus locaux "dans cette dimension du renforcement" des règles de confinement.

"Ne pas rajouter des interdits en journée"

Lors de son allocution de lundi soir, le président de la République, rappelant que les Français avaient contredit leur réputation de peuple "indiscipliné" en respectant globalement les règles du confinement, a également mis en cause les arrêtés municipaux rendant plus strictes les règles.

"Durant les 4 semaines a venir, les règles devront être respectées", a précisé Emmanuel Macron. "Je demande à tous nos élus, comme la République le prévoit en cette matière, d'aider à ce que ces règles soient les mêmes partout sur notre sol."

Et d'ajouter: "Des couvre-feux ont été décidés là où c'était utile mais il ne faut pas rajouter des interdits dans la journée."

"Ce que nous avons construit comme volonté c'est de travailler avec les maires", a précisé ce mardi le ministre de l'Intérieur, rappelant s'être "opposé à certains arrêtés", comme ceux rendant le port du masque obligatoire. Christophe Castaner a assuré ne pas avoir "voulu exprimer une défiance à l'endroit des maires" mais a plaidé pour une "approche unitaire et nationale" sur les questions sanitaires.

dossier :

Anne Hidalgo

Justine Chevalier