BFMTV

Municipales: le maire LR de Perpignan porte plainte après un faux sondage donnant Aliot vainqueur

Louis Aliot, tête de liste RN à Perpignan, le 31 janvier 2020

Louis Aliot, tête de liste RN à Perpignan, le 31 janvier 2020 - Raymond Roig

La plainte déposée par l'équipe Pujol dénonce la diffusion par le candidat RN d'un article qui fait référence à un "sondage" le donnant vainqueur par 54% de voix, contre 46% pour le maire sortant.

Le maire Les Républicains sortant de Perpignan Jean-Marc Pujol, opposé au député Rassemblement national Louis Aliot, a déposé une plainte ce mardi pour "atteinte à la sincérité du vote". Une action intentée cinq jours avant le second tour des élections municipales.

La plainte déposée par le directeur de campagne de la liste Pujol dénonce notamment la publication par Louis Aliot sur Facebook et Twitter le 16 juin d'un article du site local Ouillades qui fait référence à un "sondage" le donnant vainqueur par 54% de voix, contre 46% à Jean-Marc Pujol. Dénoncé par les plaignants comme "une fausse information", il avait initialement été publié par un site américain.

"Inventé de toutes pièces"

"Par cette plainte nous voulons savoir quels sont les liens entre Louis Aliot et le fondateur du GUD Christian Prade, alias John Thomas, qui est à l'origine de ce faux institut", précise Bruno Nougayrède, l'un des colistiers du maire sortant, en référence au pseudo institut d'études SciencesPoll.

Dès le 18 juin, France Bleu Roussillon affirmait que l'enquête d'opinion apparaissant dans l'article tweeté par le candidat RN émanait d'un prétendu "prestigieux institut de recherche américain, SciencesPoll", "inventé de toute pièces", par Christian Prade "membre fondateur du mouvement étudiant GUD (extrême droite) et ancien membre du groupuscule Occident".

"En toute bonne foi"

Dans le camp Pujol, on dénonce les recours répétés par Louis Aliot à de fausses informations lors de la campagne. Louis Aliot assure l'"avoir relayé 'en toute bonne foi', pensant qu'il s'agissait d'une étude sérieuse". "Ce n'est pas un sondage, mais une projection. J'ai relayé un article publié", a-t-il précisé.

"Il y a des sondages partout en France, mais curieusement il n'y a pas de sondage à Perpignan, observe Louis Aliot. Des sondages ont semble-t-il été faits, mais ils n'ont pas été publiés. Que faut-il en conclure?"

Le député RN a annoncé ce mardi lors d'une conférence de presse qu'il allait engager des poursuites contre le directeur de l'Office HLM de Perpignan-Méditerranée et ancien directeur de cabinet de Jean-Marc Pujol. Selon Louis Aliot, ce responsable "utilise les moyens de son service pour faire la propagande du maire sortant".

Front républicain effrité

Le 28 juin, un duel opposera Louis Aliot, arrivé largement en tête du 1er tour avec 35,6% des voix, à Jean-Marc Pujol, maire depuis 2009 de cette ville de 120.000 habitants.

La candidate écologiste Agnès Langevine (EELV-PS, 14,5% au premier tour), comme le candidat LaREM Romain Grau (13%), se sont désistés pour faire barrage au candidat du Rassemblement national et appellent à voter pour la liste LR. À l'inverse, deux anciens colistiers de Romain Grau ont fait le choix de soutenir Louis Aliot.

Vendredi, la présidente socialiste de la Région Occitanie, Carole Delga, est venue en renfort pour appeler à voter pour le sortant, comme le maire MoDem de Pau François Bayrou et la présidente ex-LR de la région Île-de-France Valérie Pécresse.

JP avec AFP