BFMTV

Municipales: à Perpignan, un deuxième colistier LaREM apporte son soutien à Louis Aliot

Louis Aliot, le 15 mars à Perpignan.

Louis Aliot, le 15 mars à Perpignan. - RAYMOND ROIG / AFP

En quelques jours, deux candidats figurant sur la liste La République en marche aux élections municipales de la ville des Pyrénées-Orientales ont annoncé leur soutien au candidat RN.

Alors que de multiples alliances entre La République en marche (LaREM) et Les Républicains (LR) en vue du second tour des municipales suscitent des remous ici et là, comme à Clermont-Ferrand ou à Lyon, celle-ci devrait faire franchement grincer des dents: à Perpignan, deux colistiers LaREM ont fait part de leur soutien à Louis Aliot, tête de liste Rassemblement national (RN) dans la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, rapporte Le Parisien. 

Le député des Pyrénées-Orientales, arrivé en tête avec près de 36% des voix à l'issue du premier tour, a largement devancé les listes LR et Europe Ecologie - Les Verts (EELV). La liste du candidat soutenu par LaREM, conduite par Romain Grau, est arrivée quatrième en récoltant 13% des voix.

Désaccord avec la stratégie de barrage

Fort de cette première place, Louis Aliot a ainsi vu deux adversaires du premier tour se rallier à lui en vue du second. Le dernier en date, Alain Cavalière, était en troisième position sur la liste LaREM. Une décision qu'il justifie par le retrait de la liste des marcheurs afin de faire barrage au RN.

Pour lui, défend-il auprès du Parisien, "il s'agit d'une escroquerie intellectuelle qui justifie tous les reniements au nom de l'impératif supérieur de se situer dans le camp du bien".

"Je connais Louis Aliot, et rien dans son programme ne me semble de nature à menacer les fondements de la République", ajoute-t-il.

Le candidat aurait déjà été sollicité par Aliot pour figurer sur sa liste, mais y avait opposé une fin de non-recevoir.

"Avis de tempête", ironise Aliot

Alain Cavalière emboîte ainsi le pas de Josianne Cabanas, qui figurait également sur la liste LaREM lors du premier tour du scrutin. Cette dernière a sauté le pas vendredi dernier en annonçant son ralliement au candidat RN, révélait Le Monde. Et selon les dires d'Alain Cavalière, qui ne cite aucun nom, d'autres colistiers LaREM verraient ce rapprochement d'un bon oeil.

"Le front pseudo républicain prend l’eau. Avis de tempête", a ironisé Louis Aliot sur Twitter.
Clarisse Martin