BFMTV

Municipales à Paris: la cheffe de file de la droite Florence Berthout favorable à des primaires "ouvertes"

L'Hôtel de ville de Paris.

L'Hôtel de ville de Paris. - AFP

La présidente du groupe Les Républicains et indépendants au Conseil de Paris se dit favorable à l'organisation d'une primaire pour désigner la tête de liste aux municipales de 2020.

Florence Berthout, présidente du groupe Les Républicains et indépendants, s'est dite mardi favorable "à titre personnel" à l'organisation d'une primaire pour choisir la tête de liste aux municipales de Paris, alors que les candidatures se multiplient à droite.

"Il faut élargir le mode de recrutement", insiste Florence Berthout, maire du Ve arrondissement de Paris, confirmant une information du journal Le Parisien publié mardi. "Il n'y a pas du tout unanimité sur ce sujet", concède auprès de l'AFP l'élue, persuadée toutefois qu'"il faut ouvrir le débat". 

Mais "si ces primaires ne sont pas ouvertes, je n'en vois pas l'intérêt à titre personnel", prévient Florence Berthout, qui plaide pour "une candidate ou un candidat ouvert sur le centre très élargi et qui accepte de faire des équipes qui élargiront le spectre LR considérablement". 

Les premiers candidats se déclarent

A un an des élections municipales (mars 2020), les premiers candidats commencent à se faire connaître dans le premier groupe d'opposition, qui a toujours échoué à reconquérir l'Hôtel de Ville depuis 2001. L'élu Pierre-Yves Bournazel (Agir-UDI), qui se dit intéressé, n'a pas encore officialisé sa candidature aux municipales. Rachida Dati, la maire du VIIe arrondissement ne cache pas non plus son intérêt pour l'Hôtel de Ville. Le maire du VIe arrondissement Jean-Pierre Lecoq a lui annoncé cette semaine sa candidature.

"Les candidatures se passent de manière apaisée, ce qui n'aurait jamais été le cas il y a quelques années", se félicite Florence Berthout. "Je comprends qu'on puisse ne pas imaginer faire de primaires à une autre échelle", a par ailleurs déclaré cette proche de Valérie Pécresse, dans une allusion à la question de la primaire pour la présidentielle au sein de LR.

En 2016, François Fillon a largement remporté la première primaire organisée par la droite, avant d'échouer à la présidentielle, et la question de la primaire, bien qu'inscrite dans les statuts du parti, est depuis en suspens.

Carole Blanchard avec AFP