BFMTV

Municipales: à Marseille, Gaudin refuse de débattre avec des "pieds nickelés"

Jean-Claude Gaudin, candidat à sa succession à Marseille.

Jean-Claude Gaudin, candidat à sa succession à Marseille. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le maire sortant (UMP) de Marseille JC. Gaudin, arrivé largement en tête au premier tour des municipales, a affirmé mercredi ne pas vouloir débattre avec ses adversaires PS et FN, des "pieds nickelés" selon lui.

Jean-Claude Gaudin est-il au-dessus de la mêlée ? C'est en tout cas ce que le maire sortant de Marseille et candidat à sa propre succession laisse entendre en refusant de débattre avec ses adversaires Patrick Mennucci et Stéphane Ravier respectivement candidat PS et FN pour le second tour des municipales dans la cité phocéenne. "Pourquoi voulez-vous que je fasse un débat avec M. Mennucci et M. Ravier ? L'un, je le distance de 14 points, et l'autre de 17 points. Qu'est-ce que vous voulez que j'aille faire avec ces pieds nickelés, qu'est-ce que j'ai besoin de leur dire ?", a lancé Jean-Claude Gaudin sur l'antenne de France Inter.

"Un débat à deux, je l'aurais sans doute accepté"

"Un débat à deux, je l'aurais sans doute accepté, mais c'est un débat à trois. Deux types contre moi qui disent que tout ce que j'ai fait est pourri !", a-t-il déclaré. Les listes du sénateur-maire, qui a refusé tout débat public depuis l'ouverture de la campagne, ont obtenu 37,64% au premier tour, devant celles du FN (23,16%) et du PS (20,77%). "Pendant six ans, j'ai débattu au conseil municipal avec M. Mennucci, pour le reste je décide comme je veux. Les Marseillais m'ont approuvé, les Marseillais me soutiennent, ils ont fait un désaveu cinglant vis-à-vis des socialistes et du gouvernement qui s'est mêlé de tout", a encore relevé M. Gaudin.

"La moindre des choses, c'est de rendre des comptes"

Le candidat socialiste avait vivement critiqué ce choix mardi soir, dénonçant une "attitude irrespectueuse et antidémocratique". "La réalité, c'est que Jean-Claude Gaudin n'assume pas son alliance scélérate avec Jean-Noël Guérini sur laquelle il a peur de devoir s'expliquer devant les Marseillais", avait estimé Patrick Mennucci, à propos du rapprochement entre la liste Gaudin et celle de la maire PRG du 2e secteur, la guériniste Lisette Narducci.

"La moindre des choses, après 19 ans de mandat, c'est de rendre des comptes. C'est navrant", avait regretté de son côté le FN Stéphane Ravier.

La rédaction