BFMTV

Mort de Bernard Debré: Emmanuel Macron salue un "homme d'action"

Le président Emmanuel Macron lors de la conférence de presse finale du 7ème sommet MED7 des pays méditerranéens le 10 septembre 2020 à Porticcio, Corse

Le président Emmanuel Macron lors de la conférence de presse finale du 7ème sommet MED7 des pays méditerranéens le 10 septembre 2020 à Porticcio, Corse - Ludovic Marin © 2019 AFP

Le chef d'État ainsi que le Premier ministre ont rendu hommage à Bernard Debré, ancien ministre et député dont la mort a été annoncée ce dimanche.

"Un homme d'action". Emmanuel Macron et Jean Castex ont rendu hommage dimanche, en début de soirée à Bernard Debré, ancien ministre et député de droite, dont la mort a été annoncée ce dimanche par Le Point.

Héritier du gaullisme

"De l’hôpital à la politique, Bernard Debré fut toute sa vie un homme d’action. Les Français perdent un engagé, qui, en héritier du gaullisme, n’hésitait jamais à sortir des cadres et à dire le vrai dès qu’il s’agissait de l’intérêt du pays. Pensées à sa famille et à ses proches", a déclaré le Président sur Twitter.

Humanisme

Quelques minutes auparavant, le Premier ministre avait également salué la mémoire d'un "humaniste":

"Professeur et élu de la Nation, c’est avec la même énergie que Bernard Debré soignait les maux de ses patients et ceux de ses concitoyens. Cet humanisme qu’il puisait dans ses racines gaullistes ne le quittera jamais. En pensée avec son frère Jean-Louis, sa famille, ses proches."

L'ancien ministre et ex-député de droite Bernard Debré est mort à l'âge de 75 ans. Grand médecin, il fut à partir de 1986 député d'Indre-et-Loire, département dont il a été conseiller général (RPR, devenu UMP puis LR) de 1992 à 1994, ministre de la Coopération dans le gouvernement d'Edouard Balladur (1994-1995), maire d'Amboise de 1992 à 2001 et député de Paris.

Bernard Debré était aussi un grand nom de la médecine: chirurgien, professeur d'université, il fut chef du service d'urologie de l'Hôpital Cochin où fut notamment soigné le président François Mitterrand.

Par E.P avec AFP