BFMTV

Montebourg et Jégo veulent "mobiliser la société" autour du Made in France

Les deux anciens ministres, qui lancent jeudi les assises du Made in France à Reims, ont défendu la fabrication française sur BFMTV.

Arnaud Montebourg et Yves Jégo poursuivent leur promotion du Made in France. Jeudi et vendredi, les deux anciens ministres lancent les assises du Made in France à Reims. Un mouvement qui s’inscrit dans la continuité de leur association créée en juin dernier, Vive la France, et qui vise à promouvoir la fabrication française.

"Acheter français n’est pas un gadget, cela correspond à une évolution de la société", avance Yves Jégo, invité de BFMTV jeudi matin en compagnie de son acolyte. Selon lui, "la mondialisation a rendu les produits anonymes, il faut rétablir la transparence. Nous sommes deux anciens ministres et nous voulons nous mettre au service d’un combat qui nous a rapprochés". "C’est une cause nationale qui dépasse les clivages politiques", renchérit Arnaud Montebourg. "Notre engagement vise à mutualiser toutes les forces et mobiliser la société."

"Produire en France, c'est s'ouvrir au monde"

A Reims, ils souhaitent donc promouvoir leur mouvement, en partie freiné par l’Union européenne selon Arnaud Montebourg. "Lorsque je représentais notre gouvernement au conseil européen, j’ai défendu le ‘made in’ aux côtés d’autres pays comme l’Espagne et l’Italie, qui revendiquent une identité de leurs produits. On n’a pas obtenu ce qu’on voulait. C’est désormais à la société de prendre le relais", affirme l'ex-ministre de l'Economie socialiste.

D’où la création d'un événement qui doit réunir plus de 200 chefs d’entreprise. Ils souhaitent également en profiter pour promouvoir le label lancé par Yves Jégo, "Origine France Garantie", dont ils veulent faire une référence.

Mais surtout, les deux anciens ministres veulent défendre leur idée du Made in France, à rebours des valeurs patriotiques revendiquées notamment par le Front national. "Le débat que nous portons à Reims porte aussi sur les débats actuels [à propos des migrants]: car produire en France, c’est s’ouvrir au monde", affirme Yves Jégo. "Il y a dans la fierté nationale un message d’ouverture. Il faut mobiliser une fierté nationale qui ne soit pas fermée".

A. K.