BFMTV

Mélenchon : « Mais où sont les socialistes ? »

-

- - -

Jean–Luc Mélenchon, député européen de la Gauche Unie, fustige les stratégies d’alliance qui vont amener à la tête du parlement, avec l’accord des socialistes, un homme de droite.

Le nouveau Parlement européen va sièger à partir de demain, mardi 14 juillet : 736 députés élus pour 5 ans. Une coalition PPE (partis de droite) et Alliance progressiste des socialistes et des démocrates va former un groupe de 533 députés. Jean-Luc Mélenchon, député de la Gauche Unie Européenne confirme qu'il va se sentir un peu perdu... mais entend bien résister :
« Oui, on est 35 au groupe de la Gauche Unie Européenne, avec des communistes, des verts nordiques des dissidents socialistes de toute sorte. On tiendra la tranchée avec bravoure et on fera ce qu'on a à faire. Mais ça commence bien : il va y avoir l'élection du président du Parlement Européen. Nous on présente une candidate Eva-Britt Svensson, qui est une vert nordique. Mais en face y'a qui ? Un socialiste, un démocrate ? Non, juste un candidat de la Droite... ça sent quand même La grosse combine ! »

« Un réac en béton, un hystérique des privatisations »

Jean-Luc Mélenchon dénonce ainsi l'accord passé entre les socialistes et la droite pour faire élire comme président du Parlement européen le Polonais Jerzy Buzek, selon lui, « un vrai réac en béton armé, un Polonais de droite... La culture de droite polonaise est particulièrement violente et sectaire. Ils sont anti avortement, bien sûr... Celui-là se vante d'avoir fermé 22 mines dans sa région, c'est un hystérique des privatisations ».
Sauf surprise, M. Buzek, soutenu aussi bien par les socialistes que par la droite, deviendra mardi le premier président du Parlement européen issu d'un pays de l'Est. Les deux camps ont conclu un accord pour se partager pour les cinq années qui viennent la présidence de l'institution.
« Ce qui est quand même énorme, poursuit Jean-Luc Mélenchon, c'est que (...) où sont les socialistes ? Pendant la campagne ils nous disaient qu'ils n'avaient jamais été aussi à Gauche. Et ils ont passé un accord avec la droite pour faire élire Buzek. Le parti socialiste européen va voter plutôt pour un candidat de droite, que pour une féministe de gauche écologiste. Alors j'ai lu que Harlem Désir (ndlr : tête de liste du parti socialiste français), allait s'abstenir pour le principe... mais ça, ça va pas mon gars ! On s'abstient pas entre, une féministe écolo de gauche et un anti-avortement. On ne s'abstient pas ! On vote avec son camp, on vote avec la Gauche. Donc, ça va être comme d'habitude le Parti socialiste mou, indécis, un pied d'un côté, un pied de l'autre, mentant à tout le monde et se rendant odieux de tous côtés ».

La rédaction-Les Grandes Gueules