BFMTV

Mélenchon: Hollande "n'est plus le candidat naturel de son camp"

Jean-Luc Mélenchon à Toulouse le 28 août. (Photo d'illustration)

Jean-Luc Mélenchon à Toulouse le 28 août. (Photo d'illustration) - Rémy GABALDA - AFP

François Hollande "n'est plus le candidat naturel de son camp" et le PS, qui a annoncé vendredi une primaire, ne cherche qu'à "sauver ce qui reste de sa cohésion interne", a réagi Jean-Luc Mélenchon ce lundi.

A la suite de l’annonce d’une primaire au Parti socialiste, François Mélenchon considère ce lundi, sur son blog que "la première leçon de cette décision est de taille: François Hollande n'est plus le candidat naturel de son camp, alors même qu'il est le président en exercice pour encore un an sur les cinq de son mandat et qu'il est le sortant. C'est sans précédent et c'est la confirmation de la profondeur de la crise de légitimité du pouvoir en place".

"Un conte à dormir debout"

"Que le président sortant pense combler dans ce délai (la primaire est annoncée en janvier, NDLR) le fossé des haines accumulées dans les divers épisodes de ses reniements et faire oublier les lacrymos et les bombes de désencerclement qui vont encore pleuvoir jusqu'en juillet est consternant", écrit également le député européen. "Que le PS croie réparer avec une nouvelle candidature en deux mois et demi de campagne les dégâts de cinq ans est un conte à dormir debout. Du coup, je crois que ce dispositif atteste que le PS n'agit plus pour battre ses concurrents mais pour sauver ce qui reste de sa cohésion interne", analyse Jean-Luc Mélenchon.

"Dans ces conditions, notre devoir est plus que jamais de construire de la conscience et de l'adhésion populaire au projet que porte la ‘France insoumise’. Sinon l'espace politique sera exclusivement saturé par les batailles rangées des deux primaires politiciennes", conclut celui qui avait rassemblé plus de 11% des voix à l'élection présidentielle de 2012 et qui a "proposé" sa candidature pour 2017.

A.M avec AFP