BFMTV

Match des meetings: Macron 1 - Valls 0

Manuel Valls et Emmanuel Macron, le 9 mars 2016.

Manuel Valls et Emmanuel Macron, le 9 mars 2016. - Alain Jocard - AFP

300 personnes venues voir Manuel Valls ce mardi à Clermont-Ferrand, plus de 2.000 pour Emmanuel Macron dans cette même ville trois jours auparavant. Le match des meetings a tourné à l'avantage de l'ex-ministre de l'Economie dans le Puy-de-Dôme.

Quelque 300 personnes étaient venues assister ce mardi soir à une réunion publique du candidat à la primaire organisée par le PS Manuel Valls dans un gymnase à moitié vide à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Pourtant, ce samedi, c'est-à-dire trois jours auparavant, un meeting d'Emmanuel Macron avait fait salle comble à quelques kilomètres de là.

Difficile de savoir si l'ancien chef du gouvernement avait cette comparaison désagréable en tête au moment où il a fait son entrée sur la scène. Des chaises avaient été installées sur plus de la moitié du gymnase Raymond Perrier, tandis que le reste de la salle avait été occulté par des paravents. Des salves d'applaudissements se sont succédé lors du discours de l'ex-Premier ministre mais sans ferveur.

"C'était un peu plan-plan. Je n'ai rien à reprocher à Manuel Valls mais j'ai senti la foule pas très dynamique. Et ça manquait de chaleur", avoue Denise, à la sortie de la salle. 

500 personnes refoulées du meeting d'Emmanuel Macron, faute de place

Tout ça se passait à peu d'encablures de l'endroit où l'ex-ministre de l'Economie avait attiré les foules. Samedi soir, Emmanuel Macron avait rempli la grande halle d'Auvergne avec plus de 2.000 personnes. Le quotidien La Montagne assurait même que 500 personnes avaient dû être refoulés faute de place. 

Si Manuel Valls n'a pas réussi à damer le pion à Emmanuel Macron à Clermont-Ferrand ce mardi, il ne risque pas non plus d'inverser la tendance à Rennes (en Ille-et-Vilaine) ce lundi. Il a en effet dû annuler sa prise de parole à cause, glisse son entourage, d'une incompatibilité d'emploi du temps. D'autres y voient un prudent retrait afin d'éviter une fâcheuse rencontre avec des opposants à la loi Travail. 

Comme souvent avec les chiffres cependant, il faut rester méfiant. Il est déjà arrivé à l'entourage d'Emmanuel Macron de gonfler un tant soit peu une affluence à un meeting, explique L'Opinion. Le candidat déclarait avoir réuni 15.000 personnes lors de son grand rendez-vous Porte de Versailles, à Paris, en décembre. Il n'y en avait en fait pas plus de 8.500.

R.V. avec AFP