BFMTV

Marisol Touraine rappelle les dangers de la grippe

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté jeudi 6 octobre. Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales, a lancé ce mardi sur BFMTV et RMC un appel à aller se faire vacciner pour éviter de graves complications.

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre dernier. Cette initiative invite les assurés de plus de 65 ans, les femmes enceintes, les personnes atteintes de maladies chroniques, à aller se faire vacciner. Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, La ministre de la Santé et des Affaires sociales a tenu à lancer un appel à se faire vacciner contre la grippe à tous les Français alors que la plupart d'entre eux restent méfiants envers les vaccins et attendent de guérir sans traitement médical.

"Contrairement aux idées reçues, la grippe n'est pas une petite chose. Ça tue chaque année, notamment des personnes très âgées", a-t-elle rappelé.

La ministre de la Santé a souligné les dangers que présente cette infection respiratoire aiguë. Décès, graves complications chez les malades, pneumonie, la grippe est une maladie à ne pas négliger. En effet, même si elle est souvent bénigne, elle touche chaque année entre deux et huit millions de personnes, selon le groupe d'expertise et d'information sur la grippe. 

Une invitation plus large

La députée de l'Indre-et-Loire en a profité pour pointer du doigt le "scepticisme des Français vis-à-vis des vaccins". "Il y a dans ce pays une inquiétude beaucoup plus importante que dans tous les autres", a-t-elle affirmé avant de rappeler l'importance du vaccin contre la rougeole ou le papillomavirus.

"Il y a des milliers de cas de femmes qui ont le cancer de l'utérus et dans d'autres pays, on commence à vacciner des jeunes garçons car on sait qu'il favorise le cancer de la gorge", selon la ministre de la Santé.

Elle a notamment fait la distinction entre les vaccins recommandés ou obligatoires, appuyant l'importance de chacun d'entre eux. "Il ne s'agit pas de dire que ce qui est recommandé n'est pas important ou n'est pas nécessaire. C'est ça la difficulté (…), les vaccins qui sont souvent recommandés sont souvent extrêmement importants".

Le vaccin contre la grippe est pris en charge à 100% pour les populations à risques et les personnes ayant déjà bénéficié d'une vaccination peuvent se rendre dans une pharmacie pour se le procurer.

Julie Breon