BFMTV

Des chercheurs sur la piste d'un vaccin universel contre la grippe

La vaccination de la grippe saisonnière est fortement recommandée pour les personnes les plus fragiles car le virus est plus dangereux chez elles.

La vaccination de la grippe saisonnière est fortement recommandée pour les personnes les plus fragiles car le virus est plus dangereux chez elles. - iStock - tatyana_tomsickova

Alors que la vaccination contre la grippe doit se faire chaque année pour une protection optimale contre le virus, des chercheurs travaillent actuellement sur un vaccin universel capable d'immuniser durablement contre toutes les souches du virus.

C'est un projet sur lequel travaillent beaucoup de chercheurs mais qui n'a encore jamais abouti. Le vaccin universel contre la grippe pourrait offrir une protection contre toutes les souches de la maladie connues dans le monde entier en une seule fois.

Des chercheurs de l'université britannique de Lancaster, de l'université d'Aston, et de l’université complutense de Madrid semblent proches du but, puisqu'ils ont mis au point un vaccin efficace contre 88% des souches du monde entier en une seule injection, et qui offre une immunisation sur plusieurs années. Comme l'affirme leur étude, les scientifiques ont plus précisément élaboré un vaccin qui offre une couverture contre 88% des souches mondialement connues mais aussi contre 95% de celles qui touchent spécifiquement les Etats-Unis.

Un objectif difficile puisque les virus de la grippe se modifient en permanence et entraînent l’apparition incessante de nouvelles souches classées selon leur origine géographique et leur année d’isolement.

"Chacune d’entre elles échappe ainsi à la réponse immunitaire pré-existante de l’hôte et peut infecter une personne déjà touchée précédemment par un autre variant", précise l'Inserm.

Les limites de la méthode actuelle

Parce que le virus évolue chaque année, les autorités sanitaires recommandent de s'en protéger en se faisant vacciner chaque année. La vaccination est particulièrement recommandée pour les personnes considérées comme fragiles: les plus de 65 ans, les personnes atteintes de maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité.

Si elle ne permet pas toujours d’éviter la maladie, la vaccination contre la grippe réduit le risque de complications graves ou de mort. Environ 2.000 décès seraient ainsi évités chez les personnes âgées chaque année lors des épidémies de grippe, précise l'Assurance-maladie.

"Chaque année, nous choisissons une souche récente de la grippe en espérant que cela permette de protéger contre les souches de l'an prochain. Nous savons que cette méthode est sûre et qu'elle fonctionne raisonnablement bien, la plupart du temps, souligne le Dr Derek Gatherer de l'université de Lancaster. Mais parfois elle ne fonctionne pas, comme l'échec du vaccin H3N2 en hiver 2014-2015 et même quand c'est le cas, c'est extrêmement coûteux avec un grand besoin de main-d'oeuvre. En outre, ces vaccins annuels ne donnent aucune protection contre une pandémie de grippe potentielle ".

Une combinaison de plusieurs fragments de virus

Les virus grippaux pathogènes pour l’homme se classent en deux groupes, A et B. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que "trois fois au cours du siècle dernier, les virus grippaux A ont subi des modifications génétiques majeures qui ont provoqué des pandémies avec un grand nombre de décès": la grippe espagnole (1918 et 1919), la grippe asiatique (1957) et la grippe de Hong-Kong (1968).

"Plus récemment à Hong Kong (région administrative spéciale de Chine), on a observé en 1997 et 2003 des flambées limitées d’un nouveau sous-type viral, le A(H5N1)", précise-t-elle.

Grâce à leur connaissance du virus de la grippe et du système immunitaire humain, les chercheurs ont combiné plusieurs fragments de virus issus de différentes souches, appelés épitopes, pour couvrir la quasi-totalité des souches capables d'être reconnus par le système immunitaire.

Après une injection, ce dernier pourra ainsi combattre facilement n'importe quel virus de la grippe qui présente l'une de ces molécules. L'équipe est maintenant à la recherche de partenaires au sein de l'industrie pharmaceutique pour synthétiser leur vaccin en laboratoire et réaliser par la suite des essais cliniques.

*Institut national de la santé et de la recherche médicale 

Alexandra Bresson