BFMTV

Loi Travail: Valls admet des "ratés" et "les assume"

Le Premier ministre a justifié les modifications apportées à la loi par la recherche de "l'intérêt général".

Le Premier ministre a justifié les modifications apportées à la loi par la recherche de "l'intérêt général". - Capture France 2

Le Premier ministre a expliqué les concertations menées avec les syndicats pour modifier la Loi Travail. Une Loi qui selon lui vise "l'intérêt général".

Au sortir d'une réunion à Matignon avec les principaux syndicats, le Premier ministre Manuel Valls s'est exprimé sur ces négociations. Alors que François Hollande avait annoncé que le texte serait modifié, Manuel Valls a confirmé cette information, estimant que "dialoguer ce n'est ni reculer, ni s'arc-bouter".

Vers "l'intérêt général"

"Bâtir un réforme c'est rassembler toutes les forces d'un pays pour les diriger vers l'intérêt général", a affirmé Manuel Valls, répétant plusieurs fois cette idée dans son discours. Attaqué à droite pour ce que Les Républicains appellent "un recul" face aux manifestations, le Premier ministre a balayé cette idée.

"Cette réforme, c'est dépasser les intérêt particuliers pour servir l'intérêt général. Les Français ont exprimé des inquiétudes, mais ils veulent des réformes. Nous avons donc modifié et amélioré le texte initial. Nous prenons un nouveau départ", a défendu le Premier ministre.

Il a par ailleurs appelé à la fin des querelles partisanes, estimant que cette Loi Travail devait dépasser les clivages politiques pour viser l'intérêt général. Manuel Valls a par ailleurs expliqué que les manifestants avaient été entendus. "Beaucoup de choses ont été dites dans tous les sens, beaucoup d'inquiétudes ont été exprimées. Il s'agit d'y répondre", selon le Premier ministre.

Un texte "meilleur et utile"

Manuel Valls a maintenu que selon lui, la Loi Travail était une "réforme ambitieuse et inédite". Selon lui, "ces 15 jours de réflexion on permis d'enrichir la réforme et d'arriver à un texte meilleur et utile pour les Français".

Face à la gronde immédiatement causée par l'annonce de ce texte, le pensionnaire de Matignon a par ailleurs reconnu que la loi avait été maladroitement présentée. "Il y a eu un manque d'explications, mais nous sommes convaincus que nous pouvons réussir une réforme" aboutie a martelé Manuel Valls.

Une version définitive ?

"Beaucoup de négociations ont été menées depuis un an. Mais il y a eu des ratés et je les assume. Nous n'avons pas trouvé le temps pour présenter ce projet. Plutôt que de s'entêter, il fallait prendre 15 jours supplémentaires pour entendre les critiques" a reconnu le chef du gouvernement sur le plateau du JT de France 2.

Alors le texte présenté aujourd'hui est-il définitif ? "Le Parlement doit faire son travail" répond Manuel Valls, conscient que de nombreux amendements pourraient venir modifier le texte de loi.

Paul Aveline