BFMTV

UMP et FN se disputent le souvenir du général de Gaulle

Jean-François Copé, à Colombey-les-deux-Eglises, le 9 novembre 2012

Jean-François Copé, à Colombey-les-deux-Eglises, le 9 novembre 2012 - -

L'UMP Jean-François est venu ce vendredi sur la tombe du général de Gaulle, célébrer le 42e anniversaire de sa mort. Florian Philippot, vice-président du Front national, en a fait autant.

Le candidat à la présidence de l'UMP Jean-François Copé avait prévu le déplacement de longue date. Vendredi, il s'est rendu à Colombey-les-deux-Eglises sur la tombe du général de Gaulle, à l'occasion du 42e anniversaire de sa mort. En l'absence de son rival François Fillon, ce déplacement devait être une visite "tranquille".

C'était sans compter sur Florian Philippot, vice-président du Front national. Dans la matinée, ce dernier s'est, lui aussi, rendu sur la tombe du général. "C'est une initiative personnelle dont j'ai bien entendu été informée mais qui n'engage pas le Front national", a toutefois précisé la présidente du FN, Marine Le Pen.

"Le monde à l'envers"


Après lui avoir volé la vedette, Florian Philippot a également égratigné Jean-François Copé : "Venir, comme par exemple Jean-François Copé, aujourd'hui, pour des raisons internes à l'UMP, sur la tombe du général de Gaulle, alors qu'on vient de signer un nouveau traité européen, qui livre notre souveraineté, ça me semble parfaitement contradictoire".

"L'histoire d'un parti qui a appelé au meurtre du général"

La réponse de Jean-François Copé ne s'est pas fait attendre : "Il faut que chacun se souvienne que l'histoire de l'extrême-droite en France, depuis 1940, c'est l'histoire d'un parti qui appelle au meurtre du général de Gaulle depuis 1940."


"C'est aujourd'hui le monde à l'envers que de voir le parti de Jean-Marie Le Pen envoyer un de ses représentants zélés sur la tombe du général de Gaulle", a-t-il ensuite asséné.