BFMTV

Sarkozy pour "l'assignation à résidence des personnes fichées comme radicalisées"

Dimanche soir, le président des Républicains a expliqué avoir "fait des propositions" à François Hollande pour améliorer la sécurité du pays. Et a promis d'être "constructif" si le chef de l'Etat les suivait.

Après les attentats qui ont frappé Paris vendredi 13 novembre, Nicolas Sarkozy, comme tous les responsables politiques français, a été reçu par François Hollande dimanche. "L'union sacrée, oui, mais la question n'est pas seulement la solidarité. La question, c'est aussi: qu'est-ce qu'on peut faire pour une meilleure sécurité?", avance le chef des Républicains sur TF1 en brandissant la menace d'une "période de guerre qui va durer longtemps". "L'unité nationale, la solidarité nationale pour une meilleure sécurité, pas simplement pour faire des discours", ajoute-t-il encore.

Un bracelet électronique pour les personnes fichées

"J'ai fait un certain nombre de propositions à François Hollande", affirme-t-il, "j'espère que nous trouverons un accord". Et de promettre une attitude "constructive" si François Hollande venait à retenir ses propositions. Parmi ces pistes de travail, "l'assignation à résidence des personnes fichées pour radicalisation, avec bracelet électronique".

Un dispositif qui permettrait aux renseignements de "savoir où vont ces personnes, ce qu'elles font le temps d'évaluer leur dangerosité". En août dernier, environ 5.000 personnes faisaient l'objet d'une "fiche S" en France. 

Autre proposition avancée par Nicolas Sarkozy: "toute personne qui consulte des sites jihadistes doit être considérée comme un jihadiste. Cela doit être un délit, comme c'est un délit de consulter des sites pédophiles".