BFMTV

Les établissements scolaires et culturels rouvrent lundi, plus de 48h après les attentats

Recueillement et appel à l'unité nationale: deux jours après les attentats les plus meurtriers de l'histoire de France, les enquêteurs tentent de faire la lumière sur les attentats de vendredi soir avec de premières interpellations. 129 morts et 352 blessés: les attaques perpétrées à Paris, par Daesh, sont sans précédent.

>> L'ESSENTIEL

- 103 corps ont été identifiés parmi les victimes, a annoncé Manuel Valls. 

- La police diffuse la photo d'un suspect recherché, Salah Abdeslam, frère du kamikaze du boulevard Voltaire. Un troisième membre de la fratrie est toujours en garde à vue en Belgique.

- 129 morts sont à déplorer alors que 99 blessés sont en "état d'urgence absolue". Le procureur de Paris a évoqué "trois équipes vraisemblablement coordonnées". 

>> Ce live est terminé. Retrouvez dans notre article le point sur ce que l'on sait des assaillants

00h20 - Conseil des ministres de l'Intérieur de l'UE vendredi

La présidence luxembourgeoise de l'Union européenne a décidé dimanche de convoquer une réunion d'urgence des 28 ministres européens de l'Intérieur et de la Justice vendredi prochain à Bruxelles, à la demande de la France, après les attentats de Paris.

23h10 - Un rassemblement en Syrie en hommage aux victimes de Paris

Sur Facebook, l'ONG Humans of Syria publie les photos d'un hommage rendu par de jeunes activistes et photographes de la ville de Douma en l'honneur des victimes des attentats de Paris. "Ils vivent sous l'état de siège depuis plus de deux ans et demi", rappelle l'ONG.

23h00 - François Hollande lundi midi à la Sorbonne

C'est à l'université de la Sorbonne, à Paris, que François Hollande va respecter une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de vendredi. Le chef de l'Etat se recueillera avec les étudiants, ainsi que Manuel Valls, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon.

22h15 - Ecoles, cinémas, théâtres: les lieux qui rouvrent lundi

Après une fermeture samedi, les écoles et universités vont rouvrir leurs portes lundi dans les académies de Paris, Créteil et Versailles. Toutes observeront une minute de silence à midi. 

Les établissements culturels - cinémas, théâtres, musées - vont eux aussi pouvoir rouvrir lundi à 13 heures, a annoncé le ministère de la Culture dimanche.

22h00 - Que sait-on des assaillants?

Trois kamikazes morts vendredi soir ont pu être identifiés par les enquêteurs. Un quatrième individu, vivant et en fuite, a été identifié, et est activement recherché par la police. Le point dans notre article >> Ce que l'on sait des assaillants

21h40 - 20 bombes françaises sur le fief de Daesh à Raqqa

Le ministère de la Défense fait savoir que la France a bombardé massivement le fief de Daesh à Raqqa, en Syrie. "Le premier objectif détruit était utilisé par Daesh comme poste de commandement, centre de recrutement jihadiste et dépôt d'armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d'entraînement terroriste", précise le ministère dans un communiqué. 20 bombes ont été délivrées.

20h47 - Nicolas Sarkozy demande des bracelets électroniques pour les fichés S

L'ex-Président de la République a déclaré sur le plateau de TF1 vouloir placer toutes les personnes faisant l'objet d'une fiche S en France sous la surveillance d'un bracelet électronique. Une mesure étonnante puisque les personnes qui font l'objet d'une fiche S... ne sont pas au courant qu'elles font l'objet d'une fiche S. Ce qui changerait automatiquement avec un bracelet électronique.

20h36 - Christiane Taubira à l'IML

La ministre de la Justice s'est rendue à l'institut médico-légal de Paris dans la soirée. "Je suis là pour m'assurer que l'identification des victimes se passe bien", a déclaré la ministre affirmant qu'un travail "de grande qualité" était effectué.

"L'identification des victimes peut prendre du temps, c'est normal, mais les gens doivent se relayer, ce n'est pas un travail facile" a par ailleurs déclaré Christiane Taubira.

20h09 - Bernard Cazeneuve s'exprime en direct

"Une personne était connue pour avoir fréquenté des salafistes, mais qui n'avait commis aucun acte justifiant une judiciarisation" affirme Bernard Cazeneuve. "Il est trop tôt pour affirmer que ces hommes avaient séjourné en Syrie, même si l'un des Français identifié formellement était en lien avec des radicaux" déclare par ailleurs le ministre de l'Intérieur. 

19h45 - Les établissements culturels ouverts lundi

Les établissements publics culturels d'Ile-de-France (musées, salles de spectacle...) rouvriront lundi à 13h a annoncé dimanche le ministère de la Culture.

19h24 - Trois blessés de vendredi sont décédés

L'AP-HP a annoncé le décès de trois personnes blessées dans les attentats de vendredi. 

19h05 - Aucun tir dans Paris selon la police

La police confirme que toutes les alertes qui ont provoqué des mouvements de foules dans Paris étaient infondées. Elle affirme par ailleurs qu'aucun tir n'a été entendu ou signalé dans la capitale.

18h59 - Plusieurs mouvements de foule dans Paris

Plusieurs rumeurs de tirs qui auraient été entendus dans Paris, notamment place de la République, ont provoqué des mouvements de panique sur place et dans d'autres quartiers, le Marais ou aux alentours de l'Hôtel de Ville notamment. Toutes ces alertes se sont révélées fausses.

18h31 - Mandat d'arrêt contre l'homme qui a loué la Polo noire

Un mandat d'arrêt international a été lancé contre Abdeslam Salah, français de 26 ans. Il est suspecté d'être l'homme qui a loué la Polo noire utilisée pendant les fusillades du vendredi 13 à Paris.

Son frère a quant à lui été formellement identifié comme étant l'un des kamikazes retrouvé mort vendredi.

18h27 - On connaît l'identité des trois kamikazes français

Selon les autorités françaises, les trois Français ont été formellement identifiés, même si cette identité n'a pour l'instant pas été révélée. 

18h23 - Les kamikazes voulaient entrer dans le Stade de France

Selon le ministère des Sports, les trois kamikazes avaient pour but de pénétrer dans le Stade de France pour faire exploser leur ceintures. Une information que plusieurs médias étrangers rapportaient, affirmant même que l'un des kamikazes au moins possédaient un billet pour assister au match France-Allemagne.

18h14 - La police nationale diffuse la photo d'un suspect potentiel

18h05 - Démenti du parquet belge

Contrairement à ce qui avait été indiqué, le parquet belge dément la libération d'un suspect clé.

17h49 - Hollande veut prolonger l'état d'urgence

Selon l'AFP qui cite des sources parlementaires, le Président François Hollande souhaite que l'état d'urgence soit prolongé pour trois mois.

17h41 - La Belgique émet un mandat d'arrêt international

Les forces de sécurité belges ont émis un mandat d'arrêt international contre l'un des trois frères soupçonné d'avoir participé aux attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis vendredi 13 novembre. L'un de ces trois frères est mort pendant les attaques tandis que le troisième a été remis en liberté après une garde à vue.

17h34 - Bernard Cazeneuve s'exprime en direct

"Les attentats ont été préparés à l'étranger et ont bénéficié de complicités en France" confirme le ministre de l'Intérieur. "Les auteurs des attentats, pour un très grand nombre d'entre eux, n'étaient pas connus des services français" selon Bernard Cazeneuve.

"Nous demandons à ce que l'Union Européenne lutte plus efficacement contre le trafic d'armes qui contribue à rendre possible ces attentats" a par ailleurs déclaré le ministre de l'Intérieur. Bernard Cazeneuve a par ailleurs demandé aux instances européennes la tenue d'un conseil sur la justice et la sécurité intérieure qui réuni les ministres de l'Intérieur et de la Justice des membres de l'Union Européenne.

17h29 - L'un des frères remis en liberté

L'un des trois frères soupçonnés d'avoir participé aux attaques et qui était en garde à vue a été remis en liberté apprend-on auprès des autorités belges.

17h20 - Un deuxième Français parmi les kamikazes

Le corps d'un deuxième Français a été formellement identifié parmi les kamikazes qui ont attaqué Paris et Saint-Denis vendredi 13.

16h44 - Trois frères figurent parmi les terroristes

Des sources proches de l'enquête révèlent que trois frères, dont l'identité et la nationalité n'ont pas encore été divulguées, figurent parmi les terroristes qui ont attaqué à Paris et Saint-Denis vendredi 13 novembre. L'un est mort dans les attentats, le deuxième est en garde à vue en Belgique, sans que l'on sache s'il a participé ou non aux attaques, et les services antiterroristes sont sans nouvelles du troisième. Il pourrait être l'un des kamikazes ou être en fuite, selon ces sources.

16h32 - Le frère de l'homme à la Polo noire arrêté en Belgique

Selon la police belge, parmi les hommes arrêtés en Belgique figure le frère de l'homme qui a loué la Polo noire et qui est activement recherché par les polices belge et française.

16h12 - Des voitures louées en Belgique

Selon le Parquet belge, deux des trois voitures utilisées lors des attentats de Paris et Saint-Denis ont été louées en Belgique. L'homme qui les a louées est toujours recherché par la police.

15h13 - Selon le parquet belge, trois français figurent parmi les kamikazes

Outre Omar Ismaïl Mostefaï, 29 ans, deux autres français figurent parmi les kamikazes qui ont attaqué Paris et Saint-Denis vendredi 13. C'est le parquet belge qui a révélé l'information en milieu d'après-midi. Ces deux hommes étaient des résidents belges.

15h02 - L'homme qui a loué la Polo noire utilisée à Paris activement recherché

L'homme qui a loué la Polo noire utilisée lors des attaques du vendredi 13 à Paris est activement recherché par les services de police.

14h25 - 10.000 militaires déployés sur le sol français

L'entourage de Manuel Valls a annoncé la mobilisation de 10.000 soldats français sur tout le territoire national.

14h09 - Un contrôle à la frontière belge a permis les arrestations à Molenbeek

Plusieurs hommes arrêtés à Molenbeek avait déjà fait l'objet d'un contrôle de police plus tôt dans la journée à la frontière entre la France et la Belgique. Il était alors trois à bord d'une voiture Golf. L'un de ces trois hommes porte même nom que la personne qui a loué l'une des voitures utilisées lors des attentats de Paris vendredi soir.

14h - Certains cinémas parisiens réouvrent leurs portes 

Fermés samedi au lendemain des attentats, les cinémas parisiens réouvrent leurs portes ce dimanche, à l'exception du réseau Pathé-Gaumont. La fermeture des musées, salles de spectacle et autres établissements culturels publics a cependant été prolongée ce dimanche par le ministère de la Culture. 

13h40 - Conseil d'urgence des ministres de l'Intérieur de l'UE vendredi

Bruxelles va réunir, vendredi un conseil d'urgence des 28 ministres de l'Intérieur de l'Union européenne.

13h30 - Manuell Valls appelle à "l'union sacrée"

"Le gouvernement sera très attentif" à "toutes les propositions efficaces" de l'opposition en réaction aux attentats, a affirmé le Premier ministre, appelant à "l'union sacrée".

13h25 - Les services de renseignement israéliens ont fourni des informations à la France

Selon la presse israélienne, les informations données à la France par les services de renseignements israéliens dans l'enquête sur les attentats de Paris, ont été obtenus dans le cadre de la surveillance des activités de l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Le ministre des Renseignements, Yisrael Katz. "Ces informations peuvent aider les Français, mais pas qu'eux (...) et pas seulement pour ce qui s'est produit mais pour l'avenir".

12h45 - Cazeneuve réclame la tenue d'un conseil extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'UE

Le "combat" contre le terrorisme "doit encore être renforcé à tous les niveaux et en particulier aux niveaux européen et international" a souligné Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur a demandé la tenue d'un conseil extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne. 

12h05 - "20 à 30 victimes ne sont toujours pas identifiées" déclare Manuel Valls

Manuel Valls, en déplacement à l'Ecole militaire (VIIe arrondissement de Paris) où a été ouvert un lieu d'accueil destiné à recevoir les familles des victimes a affirmé que "20 à 30 victimes ne sont toujours pas identifiées". Au total, 103 personnes sur les 129 victimes ont été reconnues. "Elles le seront dans les heures qui viennent. C'est ce temps-là qui est insupportable" pour les familles, a ajouté le Premier ministre.

12h - Les trois hommes arrêtés en Belgique en garde à vue pour 24 heures

Samedi, trois hommes ont été arrêtés en Belgique, à Molenbeek. En cas de terrorisme, les gardes à vue durent 24 heures et peuvent éventuellement être prolongées pour une journée de plus. Pendant cette période, une présentation au juge d'instruction doit avoir lieu, pour confirmer un éventuel mandat d'arrêt.

11h40 - 3.000 personnes réunies à Tokyo en hommage aux victimes

Près de 3.000 personnes se sont recueillies dimanche après-midi à Tokyo en mémoire des victimes des attentats de Paris, alors que plusieurs bâtiments de la capitale japonaise devaient être illuminés dans la soirée aux couleurs du drapeau français. Partout dans le monde, de nombreux rassemblements et démonstrations de soutien ont été organisés.

11h20 - Nicolas Sarkozy : "J'ai fait un certain nombre de propositions au président Hollande"

Au sortir d'une rencontre avec François Hollande, Nicolas Sarkozy a affirmé : "J'ai dit au président Hollande qu'il me semblait que nous devions construire des réponses adaptées, une inflexion de notre politique étrangères, des décisions au plan européens, des modifications drastiques de notre politique de sécurité". 

11h - Pour Juncker, il n'y a pas "lieu de revoir dans leur ensemble" les politiques migratoires

Jean-Claude Juncker, le président de la Communauté européenne, a estimé qu'il n'y avait "pas lieu de revoir dans leur ensemble" les politiques sur les réfugiés. 

10h30 - Sept proches d'un des kamikaze entendus par les enquêteurs

Sept membres de l'entourage familial de Ismaïl Mostefaï sont désormais entendus dans les locaux de la sous direction antiterroriste de Levallois. 

10h25 - Des kalachnikovs retrouvées dans la voiture à Montreuil

Des kalachnikovs ont été découvertes dans la voiture abandonnée par les terroristes à Montreuil, d'après une source judiciaire. Ces fusils d'assaut sont du même type que ceux utilisés lors des attaques de vendredi soir. 

10h - Des bougies aux fenêtres pour rendre hommage aux victimes

Samedi soir, des bougies ont été disposées aux fenêtres de certains appartements et maisons à Paris et dans toute la France pour rendre hommage aux victimes. 

9h50 - "C'est du délire" a réagi le frère d'Ismaïl Mostefaï avant sa garde à vue

Le frère d'Ismaïl Mostefaï, a affirmé tomber des nues en apprenant que son cadet était impliqué dans les attentats, notamment dans la prise d'otage du Bataclan, où il a causé la mort, avec au moins deux autres kamikazes, de 89 personnes, selon un bilan provisoire.

"C'est un truc de fou, c'est du délire...", avait-il réagi samedi avant sa garde à vue auprès de l'AFP, la voix tremblante. Il avait raconté avoir coupé les ponts avec Ismaïl Mostefaï depuis plusieurs années, à cause d'"histoires de famille", mais il ne l'imaginait pas s'être radicalisé.

9h - Revue de presse, "comment vivre avec le terrorisme?"

Des unes d'hommage ce dimanche dans les kiosques. Les titres de la presse sont partagés entre unité, valeurs républicaines et nécessité de répondre à l'attaque de façon "impitoyable". "Rendre coup pour coup", demande même un quotidien.

8h30 - La deuxième voiture des terroristes retrouvée

Les enquêteurs ont retrouvé la deuxième voiture des terroristes abandonnée à Montreuil, en banlieue parisienne. C'est cette Seat Leon noire qui a servi aux tueries à la terrasse d'un café vendredi soir, rue de la Fontaine-au-Roi et dans un restaurant de la rue de Charonne. Des témoins avaient en effet fait état d'une Seat utilisée par les assaillants sur deux sites des attaques, selon le procureur François Molins.

8h20 - Six membres de l'entourage du kamikaze du Bataclan en garde à vue

Au total, six membres de l'entourage familial du kamikaze du Bataclan sont en garde à vue dans les locaux de la sous direction antiterroriste de Levallois. Depuis samedi soir, le père et le frère d'Ismaïl Mostefaï sont entendus par la police et leurs domiciles ont été perquisitionnés. Ces auditions de l'entourage proche sont une procédure classique.

7h50 - Le Drian affirme qu'il faut viser "l'ensemble des capacités" de Daesh

Dans un entretien au Journal du Dimanche, Jean-Yves Le Drian, a affirmé qu'il faut viser "l'ensemble des capacités" de Daesh, des centres d'entraînement à ses terminaux pétroliers. "Daesh est une véritable armée terroriste et nous devons la combattre partout et sans relâche" a ajouté le ministre de la Défense.

7h30 - Les recommandations de la préfecture de police de Paris

Depuis vendredi, la préfecture de police de Paris recommande d'éviter de sortir, sauf nécessité absolue. Les établissements recevant du public sont appelés à renforcer leur surveillance et les manifestations ou événements en extérieur doivent être interrompus. Des arrêtés interdisent le survol de l'Ile-de-France par des drones jusqu'au 16 novembre à minuit ainsi que la vente et le transport d'artifices dans la région.

Sur Twitter, la préfecture a appelé à ne pas diffuser ni relayer de fausses informations ou de fausses rumeurs. Depuis vendredi soir, des informations erronées circulent en effet sur les réseaux sociaux.

6h30 - Le profil de deux kamikazes se précise

Grâce à un relevé d'empreinte, les enquêteurs ont pu déterminer l'identité d'un des kamikaze du Bataclan. Il s'agit de Ismaïl Mostefaï, un petit délinquant, originaire de l'Essonne et "fiché S pour radicalisation". Un passeport syrien, retrouvé près du corps d'un kamikaze du Stade de France, appartient selon Athènes à un migrant enregistré en Grèce. Il reste inconnu des services français. 

5h51 - François Hollande rencontre les parlementaires et les chefs de partis

Après son prédécesseur Nicolas Sarkozy dans la matinée, le chef de l'Etat reçoit à l'Elysée les responsables parlementaires des deux chambres et les chefs de partis pour tenter d'établir l'unité nationale. Avant de s'exprimer devant le Congrès à Versailles lundi, une première pour lui.

5h50 - Journée de recueillement en France

La journée de dimanche s'annonce sous le signe du recueillement, avec le début d'un deuil national de trois jours décrété par François Hollande. Les cathédrales, comme Notre-Dame, sonneront le glas. Musées, salles de spectacle et établissements culturels publics resteront fermés en Île-de-France. Les écoles rouvriront lundi, quand une minute de silence sera observée à midi partout en France.

5h40 - Des manifestations à travers le monde

A travers le monde, se sont déroulées de nombreuses manifestations de solidarité avec la France, notamment de l'autre côté de l'Atlantique, à New York, Washington ou au Canada. Après l'antenne de la tour du One World Trade Center à New York, érigée sur le site du 11-Septembre, et l'immense tour CN à Toronto, l'emblématique Opéra de Sydney s'est paré des couleurs bleu, blanc, rouge du drapeau français, tout comme la Porte de Brandebourg à Berlin, Trafalgar Square à Londres, ou encore le Christ rédempteur surplombant Rio de Janeiro.

5h30 - La piste belge au coeur de l'enquête

Les investigations ont rapidement dépassé les frontières françaises puisque trois personnes ont été arrêtées samedi dans la banlieue de Bruxelles, en Belgique, annonce le ministre belge de la Justice. Elles sont suspectées d'être en lien avec les attentats de la capitale française. Ces interpellations ont été accompagnées de perquisitions sur la commune de Molenbeek-Saint-Jean, selon la RTBF. Il pourrait s'agir d'une partie du commando qui a opéré dans les rues de Paris, notamment celle qui a agi au Bataclan.

5h - Les images de l'assaut des policiers au Bataclan

Des corps qui gisent au sol aux abords du Bataclan, des coups de feu qui résonnent... Les policiers ont donné l'assaut vendredi soir pour mettre fin à la prise d'otages qui a eu lieu dans la salle de concert dans laquelle se trouvaient encore des centaines de spectateurs. Au moins 89 personnes ont trouvé la mort pendant cette attaque.

4h01 - Deuil national de trois jours : le décret publié au Journal officiel

"Les 15 novembre, 16 novembre et 17 novembre 2015 sont déclarés jours de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015", peut-on lire dans le décret paru au JO.

C'est la sixième fois seulement qu'une telle mesure est décrétée sous la Ve République. Durant le deuil national, les drapeaux sont mis en berne et hissés à mi-mât sur les édifices publics et les administrations peuvent être fermées.

3h50 - Les attentats de Paris au coeur du débat des démocrates aux Etats-Unis

Le deuxième débat des primaires démocrates aux Etats-Unis a commencé samedi par de longs échanges sur les attentats de Paris et leurs conséquences sur la stratégie américaine en Syrie, Hillary Clinton insistant que les Etats-Unis n'étaient pas en guerre contre l'islam.

Une minute de silence pour honorer les victimes de Paris a marqué le début de la soirée, samedi à Des Moines dans l'Iowa au centre des Etats-Unis.

3h10 - Le père et le frère d'un kamikaze en garde à vue

Le père et le frère du kamikaze du Bataclan formellement identifié ont été placés en garde à vue samedi soir et des perquisitions ont été effectuées à leurs domiciles. Les opérations, menées par la sous-direction antiterroriste (SDAT) et les policiers de la force d'intervention du Raid, sont en cours au domicile du père de ce Français de 29 ans à Romilly-sur-Seine (Aube) et à celui de son frère à Bondoufle (Essonne).

3h - Un bilan humain toujours provisoire

A l'heure actuelle, 129 morts sont à déplorer alors que 99 autres personnes sont encore soignées et en "état d'urgence absolue". On compte par ailleurs plus de 300 blessés dont la vie n'est pas en danger. Parmi les victimes, on compte de nombreux ressortissants étrangers dont des touristes américains, portugais ou encore espagnols.

2h15 - La préfecture d'Ile-de-France interdit le transport d'engins d'artifice

Le préfet de police de Paris a pris samedi un arrêté interdisant la vente et le transport des engins d'artifice en Ile-de-France. L'arrêté prohibe "la cession, à titre onéreux ou non, des artifices de divertissement" ainsi que leur transport par les particuliers, jusqu'au 16 novembre à minuit. 

2h - Que sait-on sur le preneur d'otage français?

Ismaïl Mostefaï est français et il a fait exploser vendredi soir sa ceinture d'explosifs après avoir tiré sur le public d'un concert au Bataclan. C'est pour le moment le seul membre identifié du groupe impliqué dans l'attaque de la salle de concert.

20h30 - "Nous sommes en guerre" pour "détruire" le groupe Etat islamique, assure Manuel Valls

"Ce que je veux dire aux Français, c'est que nous sommes en guerre (...) oui, nous sommes en guerre" et "nous agirons et nous frapperons cet ennemi" jihadiste "pour le détruire" en France, en Europe et en Syrie et en Irak, a déclaré le Premier ministre sur TF1. "Nous répondrons au même niveau que cette attaque avec une très grande détermination et avec une volonté de détruire et nous gagnerons cette guerre" contre le groupe Etat islamique (EI), a-t-il assuré.

20h - Sept lieux attaqués en 20 minutes

Le procureur de la République de Paris a détaillé samedi le déroulé des attaques qui ont frappé Paris et Saint-Denis vendredi soir. Une première explosion a eu lieu aux abords du Stade de France à 21h20. Dans les 20 minutes qui ont suivi, 7 attaques ont éclaté.

S.A., M.L. et P.A.