BFMTV

Sarkozy: "Je suis accusé sans aucune preuve matérielle"

Face au juge, Nicolas Sarkozy a dénoncé les "calomnies" et la "manipulation" du clan de Mouammar Kadhafi à son encontre.

A l'issue d'une garde à vue de plus de 24 heures, Nicolas Sarkozy a tenté de se défendre dans l'affaire des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale de 2007. "Je suis accusé sans aucune preuve matérielle par les déclarations de M. Kadhafi", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par Le Figaro.

Point par point, l'ancien président a essayé de convaincre les juges de son innocence et leur a demandé de le placer sous le statut de témoin assisté. Il a finalement été mis en examen pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens", et a été placé sous contrôle judiciaire.

Niant les accusations portées contre lui, il a notamment dénoncé les "calomnies" de Mouammar Kadhafi et de sa famille, et accusé Ziad Takkiedine, qui l'a mis en cause plusieurs fois dans cette affaire, de "mensonges":

"Il indique être passé au ministère de l'Intérieur aux alentours du 27 janvier 2007 (...) Mais il n'avait pas non plus rendez-vous avec moi: mon agenda en portera témoin."

Sarkozy
Sarkozy © -

"J'ai déjà beaucoup payé pour cette affaire"

"Les faits dont on me suspecte sont graves, j'en ai conscience", a dit Nicolas Sarkozy.

"Mais si comme je ne cesse de le proclamer avec la plus totale constance et la plus grande énergie, si c'est une manipulation du dictateur Kadhafi ou de sa bande, ou de de ses affidés, dont Takieddine fait à l'évidence partie, alors je demande aux magistrats que vous êtes de mesurer la profondeur, la gravité, la violence de l'injustice qui me serait faite."

L'ancien chef de l'Etat estime avoir "déjà beaucoup payé pour cette affaire. J'ai perdu l'élection présidentielle de 2012 à 1,5%. La polémique lancée par Kadhafi et ses sbires m'a coûté ce point et demi." Il sous-entend que les accusations de Ziad Takkiedine auraient eu pour but de lui coûter l'élection. "J'ai perdu la primaire et les déclarations de M. Takieddine n'y sont pas pour rien", déclare-t-il. "Depuis le 11 mars 2011, je vis l'enfer de cette calomnie", ajoute Nicolas Sarkozy.

Il rappelle également avoir été "le chef de la coalition qui a détruit le système Kadhafi".

"Croyez-vous que si j'avais la moindre chose à me reprocher en la matière, j'aurais été assez bête, assez fou pour m'attaquer à celui qui m'aurait à ce point financé? Pourquoi prendre ce risque?". 

Sarkozy
Sarkozy © -
dossier :

Nicolas Sarkozy

Ariane Kujawski