BFMTV

Rattrapé par les affaires, Claude Guéant se défend

L'ancien ministre de l'Intérieur est mouillé dans deux affaires distinctes, dont il se défend (photo d'illustration).

L'ancien ministre de l'Intérieur est mouillé dans deux affaires distinctes, dont il se défend (photo d'illustration). - -

Les locaux de l'ancien ministre de l'Intérieur ont été perquisitionnés deux fois cette semaine dans deux enquêtes distinctes. Vendredi, celui-ci s'est défendu de toute responsabilité dans ces deux affaires.

Il "ne comprend pas". Vendredi, l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'est dédouané de toute responsabilité dans les deux affaires où il est impliqué.

Car depuis quelques jours, ce proche de Nicolas Sarkozy intéresse de près les juges. Deux fois en deux jours, mercredi et jeudi, les locaux de l'ancien ministre de l'Intérieur ont été perquisitionnés dans le cadre de deux enquêtes bien distinctes.

L'affaire Tapie? Il n'est pas intervenu

Il y a d'une part l'enquête sur l'arbitrage qui a réglé le litige entre le Crédit Lyonnais et l'homme d'affaire Bernard Tapie.

Interrogé vendredi matin sur RTL au sujet de cette affaire, Claude Guéant a admis avoir rencontré Bernard Tapie à plusieurs reprises. Mais il jure n'être en rien intervenu dans le contentieux entre l'homme d'affaires au Crédit Lyonnais, et notamment dans le choix de recourir à un tribunal arbitral qui aurait favorisé Bernard Tapie.

Le dossier Kadhafi? "Je n'y comprends rien"

Autre cible dans le viseur des enquêteurs: les soupçons de financement par l'ancien dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Vendredi matin, Claude Guéant s'en est aussi lavé les mains: "Je n'y comprends rien. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il n'y a eu aucun financement de la part de Kadhafi."

Ironie du sort, l'ancien ministre exerce actuellement la profession d’avocat. Un statut qui va rendre plus difficile l'utilisation des pièces saisies par les enquêteurs lors des perquisitions.

A LIRE AUSSI:

>> Affaire Tapie: selon Guéant, Bercy a demandé une procédure d'arbitrage

>> Dossier libyen: les locaux de Guéant perquisitionnés

>> Affaire Tapie: perquisition dans les locaux de Guéant