BFMTV

Quand un député LR doute de la "sincérité" des musulmans venus témoigner leur soutien à la police

Guénhaël Huet, le 12 juin 2007 à Sourdeval, dans le cadre de la campagne pour les élections législatives.

Guénhaël Huet, le 12 juin 2007 à Sourdeval, dans le cadre de la campagne pour les élections législatives. - MYCHELE DANIAU - AFP

Un député Les Républicains a douté publiquement dimanche de la sincérité des musulmans qui ont participé à une manifestation de soutien aux deux policiers assassinés le 13 juin dernier.

"Vous n'avez pas honte?". Voilà qui pourrait résumer la pensée des nombreux internautes indignés par le tweet de Guénhaël Huet posté ce dimanche et repéré par Le Lab d'Europe 1. Alors que des milliers de personnes ont participé hier, à l'appel d'associations musulmanes, à une manifestation à Mantes-la-Jolie, en solidarité avec la police après les assassinats de deux fonctionnaires le 13 juin dernier, le député Les Républicains n'a pas hésité à remettre en cause leur bonne fois sur Twitter.

Scandalisés par de tels propos, certains utilisateurs du réseau social n'ont pas hésité à faire un signalement sur la plateforme du ministère de l'Intérieur.

Entre 2.500 et 5.000 personnes

Peu avant, Abdelaziz El Jaouhari, président de la mosquée de Mantes-Sud, à Mantes-la-Ville, a déclaré que "cette marche, c'est pour dire que la communauté musulmane n'a aucune responsabilité dans les actes criminels et la barbarie générés par le terrorisme, mais qu'elle se sent le droit et le devoir de les condamner et de se mobiliser contre". 

Au cours de la mobilisation, Mohammed Bouaalal, un commerçant de 34 ans d'Aubergenville, est quant à lui venu avec ses filles "pour dire, s'il fallait encore le démontrer, que l'islam et les musulmans de France n'ont absolument rien à voir avec ces criminels". "Ils s'en prennent aujourd'hui aux policiers, demain c'est à nous, musulmans, qu'ils s'en prendront, comme on le voit en Egypte ou au Yémen", craint-il.

Cette manifestation, qui a rassemblé 2.500 personnes selon la police et entre 4.000 et 5.000 selon les organisateurs, fait suite à un premier rassemblement ayant eu lieu la veille et qui avait, lui, réuni 1.000 personnes.

Aurore Coulaud avec AFP