BFMTV

Quand Sarkozy profite de son séjour en Argentine pour donner une conférence

Nicolas Sarkozy, le 29 janvier 2015, lors d'un meeting à Tourcoing, dans le Nord.

Nicolas Sarkozy, le 29 janvier 2015, lors d'un meeting à Tourcoing, dans le Nord. - Philippe Huguen - AFP

Avant de rencontrer les deux favoris de l’élection présidentielle argentine, Nicolas Sarkozy a profité de son séjour à Buenos Aires pour donner une conférence privée devant un parterre de chefs d’entreprise. Les convives ont pu profiter d’un concert de son épouse Carla Bruni.

Lors de son séjour à Buenos Aires, la semaine dernière, Nicolas Sarkozy a rencontré les deux favoris de l’élection présidentielle d'octobre en Argentine, le maire conservateur de la capitale, Mauricio Macri, et Daniel Scioli, le candidat soutenu par la présidente sortante Cristina Kirchner. Mais ce n’est pas tout. L’ex-chef de l’Etat a donné une conférence privée à l’invitation du groupe Rhuo, spécialisé dans les ressources humaines, rapporte le Parisien citant la presse locale.

Devant un parterre de 70 chefs d’entreprise, Nicolas Sarkozy a essentiellement parlé de politique internationale, dont la crise des migrants que traverse l’Europe actuellement et la situation en Ukraine. Avec, en bonus, un concert privé de Carla Bruni-Sarkozy, donné le soir même pour les convives. 

Conférences rémunérées entre 100.000 et 150.000 euros

C’est la seconde conférence du groupe argentin à laquelle a été invité l’actuel patron du parti Les Républicains. Depuis qu'il a quitté l'Elysée, Nicolas Sarkozy est coutumier des conférences rémunérées à l'étranger. En février dernier, le président de l'ex-UMP s’était rendu à Abou Dhabi pour y donner une conférence rémunérée, suscitant la polémique au lendemain d’un premier tour des législatives partielles dans le Doubs, catastrophique pour son camp.

Dans leur livre Ça reste entre nous, hein?, les journalistes Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel écrivaient que "chaque intervention" rapporte à l'ancien président Nicolas Sarkozy "entre 100.000 et 150.000 euros", soit, en "une vingtaine de prestations rémunérées en deux ans et demi, un gain d'environ 2 millions d'euros".

C. P.