BFMTV

Primaire à droite: duel à distance entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé aux Invalides le 7 juillet 2016.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé aux Invalides le 7 juillet 2016. - Patrick Kovarik – AFP

L'ancien président de la République a déclaré sa candidature à la primaire de la droite et du centre depuis moins d'une semaine et déjà les hostilités sont lancées avec son principal rival Alain Juppé.

Le duel par meetings et petites phrases interposés entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé pour remporter la primaire de la droite et du centre en vue de l'élection présidentielle de 2017 est désormais lancé. L'ancien président de la République s'est déclaré candidat en début de semaine suivi d'une offensive médiatique avec la sortie d'un livre, une invitation au 20 heures de TF1, une inauguration d'un QG de campagne et ses premiers meetings. Les deux adversaires sont allés à la rencontre de leur sympathisants ce samedi.

"Rassembler plutôt que chercher à cliver"

Les premières piques lancées à l'attention d'Alain Juppé ont été lâchées lors de l'interview télévisée du 24 août de l'ex-chef de l'Etat qui a brocardé le concept "d'identité heureuse" défendue par le maire de Bordeaux. Alain Juppé a de son côté profité de son meeting de rentrée ce samedi à Chatou dans le Yvelines pour riposter à ces attaques. "Rassembler plutôt que chercher à cliver", "rassembler plutôt que vouloir exclure ou stigmatiser", "rassembler plutôt que d'exciter les surenchères" et "refuser toujours d'instrumentaliser les peurs, de flatter les bas instincts", a-t-il lancé. 

Selon Adrien Gindre, journaliste politique de BFMTV, Alain Juppé cible Nicolas Sarkozy lorsqu'il insiste sur le rassemblement. "Chacune des phrases est une allusion à l'ancien chef de l'Etat. Et pourtant Alain Juppé a réussi une performance. 50 minutes, pas une seule fois, il n'a prononcé le nom de son adversaire. D'ailleurs, il ne veut même pas parler d'adversaire. Il parle de compétiteur", souligne notre journaliste.

"Se placer au-dessus de la mêlée"

Nicolas Sarkozy a donné lui aussi un discours ce samedi à l'occasion du Campus du Touquet des Jeunes républicains. "Nicolas Sarkozy a compris qu'il y avait pour lui aussi des coups à prendre et beaucoup à perdre s'il martèle trop fort contre Alain Juppé. Ce soir, il a appelé ses sympathisants à ne pas huer et siffler son adversaire", rapporte Adrien Gindre, poursuivant "l'idée est de se placer au-dessus de la mêlée".

Alain Juppé reste pour le moment le favori de la primaire à droite pour la présidentielle 2017, malgré un léger rebond de l'ancien président depuis l'annonce de sa candidature lundi, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour BFM-TV et Le Parisien-Aujourd'hui en France publié samedi.

E. M. avec AFP