BFMTV

Pour Jean-Pierre Raffarin, le "pic de la crise est devant nous"

"Le bilan, c'est 'quatre contre un'", insiste Jean-Pierre Raffarin.

"Le bilan, c'est 'quatre contre un'", insiste Jean-Pierre Raffarin. - -

L’ancien Premier ministre dresse un bilan sans concession de l’action de François Hollande dans un entretien au "Parisien".

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (UMP) dresse un bilan sans concession de l'action de François Hollande, parlant d'une France "affaiblie" et assurant même que "le pic de la crise est devant nous", dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France samedi.

"Je reste très inquiet sur la situation. Après un an de socialisme, la France est affaiblie, les Français sont divisés. Le bilan, c'est 'quatre contre un'. Un bon dossier, le Mali et l'action extérieure. Et quatre très mauvais: l'emploi, les déficits, l'Europe et les impôts", assène d'entrée Jean-Pierre Raffarin.

Et de trouver "la fameuse ‘boîte à outils’, artisanale, pas suffisamment puissante pour mener la guerre contre le chômage". Concernant le chômage, il pense que "les conditions ne sont absolument pas réunies pour une baisse".

Des réformes stratégiques urgentes

"La réalité, c'est que l'avis de tempête industrielle est très sérieux. Le pic de la crise est même devant nous, probablement au second semestre 2013", affirme l'ancien Premier ministre.

A la question "comment François Hollande peut-il sortir de l'impasse?" Jean-Pierre Raffarin répond sans détour: "Il est face à une nécessité sortir de l'actuelle impasse politique. Ça ne peut pas durer comme ça. Cela passe d'abord par une clarification face aux désordres de l'exécutif, et notamment par l'annonce des trois ou quatre réformes stratégiques qu'il est urgent d'engager."

Enfin, au sujet des primes en liquide dont aurait bénéficié Claude Guéant, l'ex-ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Raffarin affirme "il n'y a jamais eu de ‘primes de cabinets’ payées en argent liquide pendant les trois ans où j'ai été à Matignon. La justice est saisie, c'est à elle de dire la vérité."

A LIRE AUSSI:

>> Raffarin se méfie du climat social "explosif"