BFMTV

Nicolas Sarkozy fait l'éloge des "racines chrétiennes de la France"

Nicolas Sarkozy lundi 9 novembre lors d'un meeting près d'Angers.

Nicolas Sarkozy lundi 9 novembre lors d'un meeting près d'Angers. - Jean-François Monier - AFP

En meeting près d'Angers, le président des Républicains a rappelé l'importance des racines chrétiennes dans l'Histoire et la culture française.

Lundi soir, Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde se sont affichés ensemble près d'Angers, dans le Maine-et-Loire, à l'occasion des élections régionales de décembre. L'occasion pour le président des Républicains et celui de l'UDI de souligner leur "unité". Mais pour Nicolas Sarkozy, ce fut surtout l'occasion de tendre la main à un électorat appartenant à une région majoritairement rurale et catholique, en rappelant l'importance des "racines chrétiennes" de la France.

"Quand on voit la France d'en haut et qu'on voit ce long manteau d'églises et cathédrales, ça veut dire qu'il y a des siècles d'Histoire. C'est la rencontre entre l'Eglise et la royauté qui a permis à la France de devenir ce qu'elle est", a lancé Nicolas Sarkozy devant les sympathisants.

"J'ai été de ceux qui ont dit que ce fut une grave erreur de ne pas rappeler les racines chrétiennes dans la Constitution européenne. Les racines chrétiennes, ce n'est pas qu'un mot, pas qu'un slogan". Pour lui, "quand on se coupe de ses racines, quand on a honte de ses racines, c'est qu'on ne sait plus qui on est et qu'on ignore totalement où on peut aller".

"La France n'est pas que chrétienne"

En 2007, lors d'un discours prononcé à la basilique de Latran à Rome, Nicolas Sarkozy avait rappelé que "les racines de la France sont essentiellement chrétiennes", et avait martelé: "j'assume pleinement le passé de la France et ce lien particulier qui a si longtemps uni notre nation à l'Eglise". Un ton nouveau venant de celui qui était à l'époque chef de l'Etat, et qui introduisait une rupture avec Jacques Chirac.

Depuis, Nicolas Sarkozy a évoqué à plusieurs reprises les "racines chrétiennes" de la France, notamment dans le cadre de l'affaire Morano. "La France a des racines chrétiennes, elle n'est pas que chrétienne", avait-il rappelé en octobre dernier.

A. K.