BFMTV

Manif anti-mariage homo: l'UMP en ordre divisé

Alors que la manifestation de dimanche approche, l'UMP apparaît très divisée sur sa participation au cortège.

Alors que la manifestation de dimanche approche, l'UMP apparaît très divisée sur sa participation au cortège. - -

La manifestation de dimanche prochain contre le mariage homosexuel sera un test pour l'UMP. Jean-François Copé, président contesté de son parti, veut assoir sa légitimité en mobilisant massivement ses militants. Mais les cadres du premier parti d'opposition sont loin d'être sur la même longueur d'onde.

À l'approche de la manifestation anti-mariage homosexuel de dimanche, l'UMP apparaît pour le moins divisée.

Alors que le président du principal parti d'opposition, Jean-François Copé, a appelé, mardi, à manifester afin de "protester contre la politique familiale du gouvernement". Un moyen, pour lui, d'asseoir sa légitimité, quelques mois après les élections contestées qui l'ont mené à la tête du parti. Problème: les ténors de l'UMP ne se rangent pas tous derrière lui.

Elargir le mot d'ordre

À commencer par le vice-président du parti. "Je n'y vais pas car je n'ai pas manifesté précédemment", explique ainsi Luc Chatel. "Je considère qu'en tant que parlementaire, j'ai peut-être d'autres moyens d'action que de manifester".

Un avis que ne partage pas l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui, lui, ira "probablement", protester dans la rue, "paisiblement et pour parler d'avenir".

Forcée de constater que la loi a été votée et que les premiers mariages homosexuels seront célébrés dans quelques jours, l’UMP cherche à élargir le mot d’ordre du rassemblement, pour mieux mobiliser son camp.

Que faire du texte en cas de victoire en 2017?

"Le président de la République a décidé de s'attaquer à la famille. Et le premier parti d'opposition a toute sa place dans cette réaction", estime pour sa part Christian Jacob, chef de file des députés UMP à l'Assemblée.

"Ça a été le cas pour lutter contre le mariage pour tous, mais c'est aussi le cas pour lutter contre toutes les attaques sur les allocations familiales, le quotient familial, le matraquage fiscal des familles, qui est la ligne d'action du PS", justifie-t-il.

Autre point de crispation: que faire du texte si la droite devait revenir au pouvoir? Le supprimer, le réécrire ou ne rien changer car le temps aura passé? Le sujet divise profondément l’UMP et pourrait fragiliser ses candidats aux municipales de 2014.


À LIRE AUSSI:

>> Le sort du mariage homo en 2017 divise l'UMP

>> Copé n'ira plus manifester contre le mariage homo après le 26 mai

>> EDITO - Le divorce des UMP sur le mariage homo

A.S. avec Damien Fleurot et Jean-Baptiste Jacquet