BFMTV

Les Républicains: Philippe, Darmanin, Lecornu, Solère et Riester en sursis pour 8 jours

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics. - Philippe Huguen - AFP

Une procédure d'exclusion contre ces cinq "frondeurs" LR a été engagée le 11 juillet dernier par le parti. S'ils ne se justifient pas sous huit jours, leur départ de Les Républicains sera acté.

L'ultimatum est lancé. Ce mardi, le bureau politique des Républicains a décrété que, sans réponse de leur part sous huit jours, les ministres Les Républicains du gouvernement d'Édouard Philippe (ce dernier compris) et les leaders des députés "constructifs" seront exclus du parti.

Une procédure d'exclusion vise depuis le 11 juillet dernier le Premier ministre Édouard Philippe, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, le secrétaire d'État à la Transition écologique Sébastien Lecornu et les députés Constructifs Franck Riester et Thierry Solère. Dans un communiqué, Les Républicains font savoir que cette décision a été prise "à l'unanimité" par le bureau politique du parti.

Les autres députés Constructifs ont jusqu'au 30 novembre pour dire à quel groupe ils appartiennent à l'Assemblée nationale. Marie-Laure Harel et Jérôme Dubus ont eux été exclus d'office en raison de leur présence sur les listes La République en marche aux sénatoriales.

Contraste interne

À la sortie du bureau politique, les commentaires des Républicains sont loin de refléter l'unanimité de la décision. Christian Estrosi, proche des constructifs, a ainsi lancé:

"Je ne m’associerai jamais à une démarche qui consisterait à ce que le parti Les Républicains donne le sentiment - comme il l’a trop souvent donné, y compris au cours de la campagne présidentielle -, que nous étions une formation politique sectaire, un parti d’exclusion, là où nous avions vocation à rassembler."

Au contraire, le sarkozyste Daniel Fasquelle déplore que bureau politique ait une nouvelle fois reporté sa décision:

"Je suis déçu du manque de fermeté du bureau politique. C’est à nouveau une longue séance pour ne pas trancher définitivement l’exclusion d’anciens Républicains qui, du jour au lendemain, ont tourné le dos à leurs amis et à leurs idées."

Feuilleton

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait déjà annoncé le 24 septembre son adhésion à En Marche. Interrogé plus tôt dans la journée, le député Constructif Thierry Solère avait déclaré à BFMTV.com:

"Je m'en fous. Pour moi, ce parti n'a de républicain que le nom. Je ne m'y reconnais plus et je considère que je n'y suis plus".

Commentaire d'un participant à la réunion après cet énième rebondissement du feuilleton LR: "Il y a bien longtemps qu'ils sont partis, Il est temps que ça se termine..."
Agathe Lambret avec Louis Nadau et S.A.