BFMTV

La primaire à droite pourrait attirer 4,5 millions d'électeurs

François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy à l'université d'été des Républicains le 5 septembre, à La Baule.

François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy à l'université d'été des Républicains le 5 septembre, à La Baule. - Jean-Sébastien Evrard - AFP

La primaire organisée par les Républicains pourrait remporter un franc succès: 4,5 millions d'électeurs seraient prêts à y participer, selon un sondage.

La primaire organisée par la droite pourrait être un réel succès. Selon un sondage Elabe pour L'Opinion, 4,5 millions d'électeurs pourraient aller voter en 2016 pour départager les candidats de la droite en vue de la future présidentielle de 2017. Soit un chiffre nettement supérieur à celui de la primaire socialiste de 2011: environ 2,5 millions de personnes s'étaient déplacées. Un chiffre que la droite veut au moins égaler.

Pour réaliser cette étude, 4011 personnes ont été interrogées: 457 d'entre elles affirment être "tout à fait certaines d'aller voter". Un chiffre qui, si on l'extrapole, représente 11% des personnes inscrites sur les listes électorales, soit plus de 4,5 millions d'électeurs. Et ce malgré les modalités du scrutin comme le coût de deux euros, ou encore le déplacement dans une permanence des Républicains pour voter.

Sarkozy tire son épingle du jeu

Si une majorité de sondages donne pour l'instant Alain Juppé en tête, c'est Nicolas Sarkozy qui pourrait tirer son épingle du jeu, selon l'étude d'Elabe. Car parmi les personnes "tout à fait certaines d'aller voter", 42,9% se disent prêtes à voter pour Nicolas Sarkozy, contre 34,7% pour Alain Juppé.

Lorsque les sondés sont moins convaincus d'aller voter, le phénomène s'inverse: ils ne sont plus que 33,6% à vouloir voter Nicolas Sarkozy, mais 41% se disent prêts à élire Alain Juppé. S'il veut l'emporter, le maire de Bordeaux doit donc "cibler un électorat moins déterminé, parce que doutant de la possibilité d'inverser un résultat apparaissant acquis aux électeurs de droite", conclut Bernard Sananès de l'institut Elabe.

Les autres candidats, eux, restent relativement stables: Bruno Le Maire récolte environ 10% d'intentions de vote dans les deux catégories d'électeurs, François Fillon passe de 6 à 8%. Nathalie Kosciusko-Morizet reste un score de 3,6%, et Xavier Bertrand oscille entre 2 et 3,4%. Toutefois, L'Opinion rappelle que le sondage a été mené avant deux évènements importants: la sortie du livre Faire de François Fillon, dont les premiers chiffres de vente approchent les 17 000 exemplaires, et l'affaire Nadine Morano, qui a pu ébranler l'image de Nicolas Sarkozy. Les résultats sont donc à nuancer.

A. K.