BFMTV

La petite phrase de Sarkozy qui passe mal en Algérie

Nicolas Sarkozy était en visite en Tunisie pour soutenir le pays dans sa lutte contre le terrorisme.

Nicolas Sarkozy était en visite en Tunisie pour soutenir le pays dans sa lutte contre le terrorisme. - FETHI BELAID - AFP

Venu soutenir la Tunisie dans sa lutte contre le terrorisme, l’ancien chef de l’Etat a tenus des propos jugés maladroits en évoquant le voisin algérien.

"Nicolas Sarkozy dérape sur l’Algérie", un ton "ironique et moqueur"…Plusieurs médias algériens s’en sont pris mardi à l’ancien président de la République française. En cause: une petite phrase prononcée lors d’un discours chez le voisin tunisien, où Nicolas Sarkozy était en visite pour rendre hommage aux victimes de la tuerie du musée du Bardo.

"La Tunisie est frontalière avec l'Algérie (et) avec la Libye. Ce n'est pas nouveau... Vous n'avez pas choisi votre emplacement", a-t-il ainsi déclaré, comme on peut l’entendre dans la vidéo ci-dessous. Avant d’enchaîner: "L'Algérie, qu'en sera-t-il dans l'avenir, de son développement, de sa situation? C'est un sujet qui, me semble-t-il, doit être traité dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée".

"Des propos inconvenants" pour un ex-ministre algérien

Une sortie qui n'a pas été commentée officiellement par les autorités algériennes. Mais Abdelaziz Rahabi, l'ancien ministre de la Culture et porte-parole du gouvernement algérien, ne l'a pas appréciée. Sur le site de Tout sur l'Algérie, il dénonce "des propos inconvenants venant d'un ancien président de la République", qui renseignent "sur ce que sera l'avenir des relations algéro-françaises s'il venait à être élu en 2017".

Pour lui, l'absence de réaction officielle n'est pas surprenante. "Cela ne mérite pas une réaction. L'Algérie ne réagit que par la voie de son chef d'Etat et Sarkozy n'est pas un officiel, mais les partis politiques auraient pu réagir". Si les relations avec Alger se tendaient un peu plus, pas sûr que celles-ci soient en bonne voie.

Y.D.