BFMTV

César: Pécresse accusée de récupération politique après le sacre de 120 battements par minute

Valérie Pécresse arrive à la 43ème cérémonie des César à la salle Pleyel à Paris, le 2 mars 2018

Valérie Pécresse arrive à la 43ème cérémonie des César à la salle Pleyel à Paris, le 2 mars 2018 - Thomas SAMSON / AFP

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse est accusée de récupération politique après avoir salué la victoire du film 120 battements par minute vendredi soir à la cérémonie des César, alors qu'elle a longtemps milité aux côtés de la Manif pour tous.

"Carton plein pour 120 battements par minute", un "magnifique film". Vendredi soir, à l'issue de la 43ème cérémonie des César qui a sacré le film de Robin Campillo à six reprises, Valérie Pécresse s'est félicitée que la région Île-de-France qu'elle préside ait soutenu, par l'intermédiaire de son fonds de soutien au cinéma et à l'audiovisuel, ce long-métrage qui revient sur le combat des militants d'Act Up au début des années 1990. Mais pour de nombreux internautes, le message de l'élue Les Républicains passe mal.

Récupération politique, pinkwashing, hypocrisie... les critiques ont afflué sur les réseaux sociaux alors que Valérie Pécresse a longtemps manifesté contre le mariage homosexuel aux côtés de la Manif pour tous, et qu'elle a affiché une certaine proximité avec Sens commun, en nommant notamment à la présidence de la Commission famille de sa région une élue issue de ce mouvement politique ultra-conservateur. 

En juillet dernier, à l'occasion du Festival de Cannes, Mikaël Zenouda, le président d'Act Up Paris, avait déjà remis en cause les tentatives de récupération politique de Valérie Pécresse, estimant qu'"une fois la rhétorique et la récupération des luttes démontées", la présidente de la région Île-de-France n'était "pas si loin des ennemi-e-s de la lutte contre le sida qu'Act Up-Paris devait affronter à l'époque où se déroule 120 battements par minute".

Mélanie Rostagnat