BFMTV
Les Républicains

"Cela avance bien": la campagne de dons de Valérie Pécresse est "quasiment bouclée"

Valérie Pécresse lors d'un discours après l'annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, à Paris le 10 avril 2022

Valérie Pécresse lors d'un discours après l'annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, à Paris le 10 avril 2022 - Alain JOCARD © 2019 AFP

Le président de LR Christian Jacob a indiqué jeudi que le financement de la campagne était "à peu près bouclé", à quelques jours de la date limite.

Lourdement endettée au lendemain du premier tour de la présidentielle, faute d'avoir passé la barre des 5% de voix et de pouvoir prétendre à un remboursement de ses frais de campagne, Valérie Pécresse devrait atteindre son objectif, à savoir l'obtention de 5 millions d'euros.

"Je pense que c'est bouclé, c'est à peu près bouclé, quasiment bouclé", a assuré le président des Républicains (LR) Christian Jacob jeudi sur RTL. Selon le dirigeant, la candidate sèchement défaite à la présidentielle a "pratiquement" atteint les 5 millions visés.

"Cela avance bien et nous avons de bonnes raisons de penser que l'on va y arriver", confirme l'équipe de campagne de Valérie Pécresse auprès de BFMTV.

"Endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros"

De même source, la somme récoltée est très proche des 5 millions d'euros, l'objectif étant d'atteindre ce montant au 31 mai, soit mardi prochain.

Au lendemain du premier tour, Valérie Pécresse avait évoqué face à la presse sa situation financière "critique". "Nous n'avons pas atteint les 5% des voix qui nous permettraient d'obtenir les 7 millions d'euros de remboursement que nous escomptions. Ces 7 millions d'euros manquent pour boucler le remboursement de la campagne", avait précisé la candidate déçue.

"Je suis endettée personnellement, à hauteur de 5 millions d'euros", avait-elle ajouté en lançant son appel aux dons.

Valérie Pécresse n'avait rassemblé que 4,9% des suffrages, essuyant une défaite historique pour son parti.

Au cours de la période de dons, selon des informations révélées par Politico et confirmées à BFMTV, Valérie Pécresse a refusé une libéralité de 2000 euros accordée par Nicolas Sarkozy, renvoyant le virement à l'expéditeur qui avait refusé de soutenir publiquement la candidate de sa famille politique au cours de la campagne. "Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l'amitié. C'est une femme d'honneur", avait fait savoir l'entourage de la présidente de la région Île-de-France en guise de justification.

Alexis Cuvillier avec Clarisse Martin