BFMTV

Alliance Juppé-Macron: une "erreur" pour Wauquiez

Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez. - AFP

L'idée d'Alain Juppé de créer "un mouvement central" pour les élections européennes avec Emmanuel Macron ne plait pas aux Républicains.

Des déclarations qui n'ont pas du plaire du côté des Républicains tant elles tendent à scinder le parti. Laurent Wauquiez, candidat favori à la présidence de la formation politique, qualifie d'"erreur" l'idée d'Alain Juppé de créer un "grand mouvement central" avec Emmanuel Macron pour les Européennes en 2019.

"Je pense que cette proposition est une erreur", a dénoncé Laurent Wauquiez dans l'émission Dimanche en politique sur France 3.

Le maire de Bordeaux a estimé que la politique européenne d’Emmanuel Macron, via son discours sur l’Europe à la Sorbonne, est une source de satisfaction. "Nous ne partageons pas la même vision de l'Europe qu'Emmanuel Macron", en particulier sur l'élargissement éventuel de l'Union européenne, a rétorqué Laurent Wauquiez.

"C'est une profonde erreur car l'élargissement a tué l'Europe", a estimé le candidat à la présidence LR, ancien ministre des Affaires européennes. "Ce que je dis, c'est qu'on va avoir des débats sur l'Europe", a-t-il conclu.

"Objet politique identifié"

Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, a elle aussi pris ses distances avec Alain Juppé, qu'elle soutenait pourtant à la primaire de la droite en 2016. "Des pro-Européens, il y en a toujours eu à gauche et à droite. François Mitterrand était pro-Européen, je n'ai jamais voté pour une liste socialiste" aux européennes, a souligné Valérie Pécresse au Grand Rendez-vous CNews-Europe 1-Les Echos. 

"Pour moi, Emmanuel Macron n'est pas un objet politique identifié, c'est un descendant de Dominique Strauss-Kahn en ligne directe, c'est un blairiste, un social-libéral européen", a détaillé la présidente LR de la région Ile-de-France.

"Cher Alain Juppé, nous les gaullistes, nous croyons en l'Europe des Nations, nous ne liquiderons pas nos valeurs sur l'autel fédéraliste d'Emmanuel Macron quand bien même votre émissaire Edouard Philippe soit parti dans ses rangs", a tweeté la députée européenne Nadine Morano. Outre ce rapprochement voulu avec Emmanuel Macron, Alain Juppé a égratigné vendredi des personnalités de son parti : "J'insupporte le discours anti-élites de certains dirigeants de LR. (...) Un peuple sans élites est un peuple sans repères".

J.C. avec AFP