BFMTV

Affaire Bygmalion: un an de crise à l'UMP

L'affaire Bygmalion a un an. BFMTV vous refait le film d'une intrigue politico-financière qui a abouti à la mise en examen de Jean-François Copé.

L'affaire Bygmalion a un an. BFMTV vous refait le film d'une intrigue politico-financière qui a abouti à la mise en examen de Jean-François Copé. - Olivier Laffargue - BFMTV

INFOGRAPHIE - Un an que l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy a éclaté, et elle n'a pas fini de livrer tous ses secrets. Sept personnes ont été mises en examen, et l'UMP fait toujours face à des difficultés financières.  Que s'est-il passé en un an depuis le déclenchement de l'affaire Bygmalion? Pour tout comprendre, BFMTV.com vous rejoue le film des événements.

C'était le 27 février 2014, il y a très exactement un an. L'hebdomadaire Le Point révèle qu'une société d'événementiel facture des sommes très importantes à l'UMP et au candidat Nicolas Sarkozy pour l'organisation de colloques et de meetings. Cette entreprise, c'est Bygmalion, et ce qui attire l'attention, c'est qu'elle a été créée par deux proches de Jean-François Copé, alors... secrétaire général du parti. L'affaire Bygmalion est née.

Six mois plus tôt, les Sages retoquaient les comptes de campagne du candidat de l'UMP, confirmant la décision de la commission des comptes de campagne. Cela signifie que l'Etat ne procédera pas au remboursement des frais auquel les candidats ont droit pourvu qu'ils obtiennent 5% des suffrages et qu'ils ne dépassent pas 22,5 millions d'euros, en l'occurrence, plus de 10 millions d'euros. Cet épisode a plongé le parti dans une terrible débâcle financière, l'obligeant à recourir à la générosité de ses militants.

C'est dans ce contexte que les révélations du Point éclatent, tout le monde comprenant que les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy sont loin d'avoir livré tous leurs secrets. Un an plus tard, Jean-François Copé a démissionné de la tête de l'UMP. Voici en infographie le film de ce qui s'est passé entre temps.

(Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici)

Alexandra Gonzalez et Olivier Laffargue