BFMTV

Le Rassemblement national assigné en justice par un ex-employé de campagne de Marine Le Pen

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale, le 7 janvier 2020.

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale, le 7 janvier 2020. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'ancien salarié du Front national, Mickaël Ehrminger, réclame les 20.900 euros que le parti lui doit pour un licenciement abusif et le paiement de ses heures supplémentaires.

Le Rassemblement national (RN) a été assigné en liquidation judiciaire par un ancien salarié lundi devant le tribunal de Nanterre, d'après des informations de Challenges. Mickaël Ehrminger attaque le parti de Marine Le Pen pour ne pas lui avoir verser les 20.900 euros d'indemnités qui lui sont dû après la reconnaissance d'un "licenciement abusif et d'heures supplémentaires non payées" par les prud'hommes, rapporte l'hebdomadaire économique.

"Amateurisme total"

L'ancien salarié du RN était chargé de mission durant la campagne présidentielle de 2017. Ce proche de Florian Philippot s'était confié auprès de Mediapart et Buzzfeed sur "l'amateurisme total" du parti: "Tout se faisait au dernier moment", avait confié celui qui a quitté le Front national en octobre 2017.

Le parti de Marine Le Pen l'avait alors poursuivi pour violation de sa clause de confidentialité et exigé 100.000 euros de dommages et intérêts, selon Le Monde. Retournement de situation aux prud'hommes. Le conseil condamne Mickaël Ehrminger à payer un euro symbolique, estimant que "le préjudice invoqué n'a ni été démontré, ni caractérisé", mais réclame surtout au Front national de payer les heures supplémentaires de l'ex-salarié, ainsi que la requalification de son contrat en CDI. Montant des dommages: 20.900 euros, qui n'ont pour l'heure toujours pas été payés.

L'avocate de l'ancien Frontiste, Noémie Le Bouard, ne décolère pas:

"N'importe quel petit patron de PME qui serait dans la même situation aurait payé depuis longtemps, s'agace-t-elle. Il est scandaleux que le Rassemblement national, l'un des principaux partis de France, ne s'exécute pas", déclare-t-elle à Challenges.

24,4 millions d'euros de dette

Cette dernière a tenté fin décembre une saisie sur l'un des comptes du parti, mais celui-ci n'était pas assez fourni pour payer les indemnités. Le trésorier du RN, Wallerand de Saint-Just, aurait promis un échelonnement du remboursement à raison de 2000 euros par mois... Mais ces virements ne sont, eux non plus, jamais arrivés. 

Cette assignation en liquidation judiciaire est loin d'arranger les affaires du RN, déjà menacé de faillite. Fin février, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) dévoilait une dette d'un montant de 24,4 millions d'euros, rappelle Le Parisien. L'audience entre Mickaël Ehrminger et le parti a été fixée au 3 avril.

Esther Paolini