BFMTV

Le Maire recadré par Macron pour sa communication sur la réforme fiscale

Bruno Le Maire, le 8 octobre 2014.

Bruno Le Maire, le 8 octobre 2014. - Anne-Christine Poujoulat - AFP

Le président de la République n'aurait pas apprécié que le ministre de l'Economie laisse entendre qu'il l'a convaincu de changer d'avis sur la réforme.

Lors de son discours de politique générale, la semaine dernière, Edouard Philippe a évoqué le report de la réforme fiscale promise par Emmanuel Macron pendant la campagne. L'exonération de la taxe d'habitation pour 80% des Français et la réforme de l'ISF devaient être décalées à la fin du quinquennat.

Mais dimanche sur BFMTV, alors que cette décision a inquiété une partie des Français et des milieux économiques, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire contredisait le chef du gouvernement, d'abord en affirmant "qu'aucune mesure définitive n'a été arrêtée en matière de calendrier", ensuite en se déclarant "convaincu qu'on peut à la fois baisser les dépenses publiques et baisser les impôts pour les Français et les entreprises". Un camouflet pour Édouard Philippe.

Lundi, l'exécutif a rétropédalé, annonçant que la reforme de la taxe d'habitation serait finalement lancée dès 2018.

De ce feuilleton, Edouard Philippe est ressorti fragilisé, le cafouillage donnant l'impression que le Premier ministre avait été contredit par le président et son ministre. Mais en coulisses, il semblerait que les choses ne se soient pas passées comme ça.

Le Maire accusé d'avoir "mis un coin" entre Philippe et Macron

Ce mercredi, Les Echos soulignent que le discours de politique générale avait été validé par le président, qui a lui-même changé d'avis sur la réforme fiscale. En revanche, il n'aurait pas apprécié l'attitude d'un des ministres du gouvernement: Bruno Le Maire, dont certains récits des coulisses laissaient penser qu'il avait joué une part importante dans le revirement du président. 

"Emmanuel Macron n'aurait pas apprécié la volonté de son ministre 'de mettre un coin entre Philippe et Macron, en laissant entendre que c'est lui qui l'a convaincu d'écouter les milieux économiques'", expliquent plusieurs sources au quotidien économique. 

C.V.